Sign in
Download Opera News App

 

 

Relance de la pisciculture dans le district des montagnes: les populations saluent l'appui de la FAO

Relance de la pisciculture dans le district des montagnes : les populations saluent l'appui de la FAO


Dans le cadre du projet d'appui à l'autonomisation des personnes vulnérables ( femmes et jeunes) dans les régions du Cavally, du Guémon, et du Tonkpi dans le district des Montagnes, l'Organisation des Nations Unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO) a financé plusieurs projets dans la région du Tonpki au profit des jeunes.

Lancé en mars 2020 par l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), l'objectif dudit projet est d’améliorer les revenus des femmes et des jeunes par la production, la transformation et la commercialisation des produits agricoles (manioc, riz et poisson) dans le District des Montagnes en Côte d’Ivoire.

À cet effet, un volet piscicole pour la relance de la pisciculture dans le district des montagnes qui regorge beaucoup de potentialités piscicole, à savoir une bonne hydrométrie et hygrométrie, de nombreux bas-fonds propices à la pisciculture a été mis en place par la FAO.

L’objectif global de ce volet est d’améliorer le revenu des populations par la production de poissons de pisciculture dans le district des montagnes.

Il s'agit spécifiquement de mettre à la disposition de la population (femmes et jeunes) des alevins de qualité à travers la réhabilitation et la relance des activités de la station d’alevinage et de rendre fonctionnelles vingt (20) fermes piscicoles.

Prenant part le mercredi dernier à la journée des professionnels de la pisciculture dans le district des montagnes, des bénéficiaires du projet d'appui à l'autonomisation des personnes vulnérables ( femmes et jeunes) dans les régions du Cavally, du Guémon, et du Tonkpi dans le district des Montagnes se réjouissent des bénéfices déjà tirés dans la mise en œuvre des actions de ce projet.

Madame Gueu Makado Bertine de Danané, la présidente des instituteurs de Danané a traduit sa reconnaissance à la FAO pour la mise en place de ce projet.

« Nous avons bénéficié de ce projet. Ce projet nous a faits du bien. Depuis la pratique de la pisciculture, c'est réellement le projet du FAO qui nous a satisfaits . La FAO a mis à notre disposition des alevins de Tilapia ainsi que les aliments, ce qui nous a permis de travailler plus sereinement et d'avoir une bonne production. On a eu a fait des élevages par le passé, mais cela ne réussissait pas. Grâce à la FAO, nous avons aujourd'hui une bonne production, ce qui nous rassure de poursuivre cette culture qui nous permet aujourd'hui d'être financièrement autonomes " , a-t-elle témoigné.

Pour Fêh Janvier, chef de groupe à la station d'alevinage de Dompleu , ce projet a permis aux jeunes de son village d'avoir un emploi stable et d'être aujourd'hui des jeunes responsables.

« C'est la FAO qui a réhabilité les étangs, car avec l'avènement de la guerre, les étangs étaient en brousse, il y avait personnes pour les réhabilités, c'est la FAO qui a réhabilité ces étangs et recruté les jeunes du village que nous sommes pour travailler dans ces étangs. 

Grâce à ce projet, nous avons aujourd'hui un emploi, nous avons construit nos maisons, nous arrivons aujourd'hui à s'occuper de nos familles.

C'est pourquoi, nous remercions la FAO, car c'est grâce à eux que nous sommes aujourd'hui des jeunes responsables, car nous étions au village à ne rien fait », s'est-il réjoui .

Content created and supplied by: Otenia (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires