Sign in
Download Opera News App

 

 

Avec la flambée des prix, la Tabaski de cette année s’annonce "difficile" pour certains foyers

Les ivoiriens sont confrontés à une réalité qui les engage tous en ce moment. La cherté de la vie et l’augmentation abusive des prix des produits sur le marché ne cesse de faire parler et de mettre les populations dans l’inconfort. Même si certaines couches semblent plus affectées que d’autres, les répercussions se font déjà ressentir dans le quotidien des ivoiriens. Dans quelques jours aura lieu la fête de Tabaski; une célébration qui, somme toute, sera assez difficile pour certains foyers.


Le contexte socio-économique actuel est assez particulier et coïncide avec une période de fête pour les musulmans. En effet, la Tabaski ou « fête du mouton », prévue pour le mardi 20 juillet 2021, approche à grands pas. À moins d’une semaine de la fête, ce qui est vu comme une occasion de réjouissance fait « trembler » plusieurs ménages au vu des dépenses qui s’annoncent. Et quand on connaît l’importance de cette fête pour les musulmans, n’allez surtout pas leur demander d’envisager de faire l’impasse sur cette fête « pourvoyeuse de bénédictions ». À côté de l’huile, du riz, des légumes, du lait, etc., l’élément essentiel de la fête de Tabaski, la viande (de mouton ou de bœuf), a aussi augmenté de façon exponentielle et « chacun attrape sa tête ». Les prix qui grimpent ne faciliteront pas la tâche à certaines familles, cela est indéniable.


À titre d’exemple, sur le marché, le bidon d’huile de 20 litres qui coûtait 14.000 FCFA est passé 21.000 FCFA au cours des dernières années et ce, sans explication. Les 3 litres d’huile dont le prix s’élevait à 2.600 FCFA est passé à 3.500 FCFA. Pour ce qui est des autres produits tels que le riz dont le sac de 22,5 kilogrammes qui coûtait 8.000 FCFA, il est passé désormais à 12.500 FCFA tandis que le kilogramme de la viande de bœuf est littéralement passé de 1.600 FCFA à environ 3.000 FCFA (selon les villes) en ce moment. Il en est de même pour certains domaines comme le transport où les prix de certains trajets restent flexibles et instables.



Face à ces augmentations notoires, on se demande bien comment certains foyers s’y prendront pour contenter leurs familles et leurs amis durant la fête. Et même pour certains qui souhaiteraient rentrer en famille pour fêter, cela pourrait s’avérer difficile puisque désormais, les dépenses doivent se faire avec minutie.

La vie chère est sans conteste « l’ennemi public numéro un » en Côte d’Ivoire en ce moment car, à titre d’exemple, il est possible de constater que cette année, l’engouement pour l’achat des moutons a beaucoup baissé contrairement aux années précédentes. C’est la remarque faite par le Conseil National de Lutte Contre la Vie Chère (CNLVC) durant une activité menée à Bouaké ce 14 juillet 2021 et dont le compte-rendu a été communiqué sur la page Facebook de l’organisation le même jour. On peut y lire que l’activité, qui s’étend également aux villes de Korhogo, Pogo et Laleraba, visait à « sensibiliser sur la hausse des prix de mouton durant la Tabaski » qui explosent durant cette période.

[©️Credit photo: Conseil national de lutte contre la vie chère - Facebook]


Cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater…

Content created and supplied by: Negrowski (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires