Sign in
Download Opera News App

 

 

Finance : le pouvoir de Gbagbo cité dans l'affaire de l'héritage d'Houphouët-Boigny

Félix Houphouët-Boigny fut le premier président de la Côte d'Ivoire. Il s'est éteint depuis 1993 après avoir gouverné la Côte d'Ivoire depuis son indépendance en 1960. Houphouët-Boigny est connu comme un président ayant laissé assez de biens à sa postérité et à son pays.

Jeune Afrique a consacré un reportage à l'héritage laissé par Houphouët-Boigny. En parcourant le document, nous avons découvert le drame que cache ce qui en réalité devrait être objet de richesse. En effet, l'héritage d'Houphouët-Boigny s'est volatilisé. Écoutez cette phrase :

" Mais, lorsqu’elle [Marie Thérèse Houphouët-Boigny] se présente à la banque suisse UBS, les coffres sont vides. Marie, la fille du président, est déjà passée par là, affirmera des années plus tard l’avocat de la veuve"

Plus loin dans le reportage, les politiques font leur entrée en scène. En effet, voici un morceau choisi :

" Mais c’est surtout l’État de Côte d’Ivoire qui est au cœur de la bataille judiciaire. Plusieurs dizaines de biens immobiliers ont été vendus sous Laurent Gbagbo, parfois bradés.

L’État s’est également octroyé le fameux 11 rue Masseran, en vertu d’un prétendu legs verbal : en 1994, des notaires ivoiriens signalent qu’Houphouët aurait formulé sa volonté de céder au pays cet hôtel particulier.

Son extraordinaire mobilier et ses tableaux – vendus en 2008 pour 7,5 millions d’euros – devaient servir à financer la construction de l’hôpital Moscati, à Yamoussoukro. Une allégation impossible à vérifier".

Content created and supplied by: yakouser (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires