Sign in
Download Opera News App

 

 

Crise de l'électricité : La Fesaci invite le gouvernement ivoirien à suspendre la "vente" du courant

Dans son cahier de revendications, la Fédération des syndicats autonomes de Côte d’Ivoire (Fesaci) a invité, le gouvernement ivoirien à suspendre la vente de l’électricité à destination des pays voisins. C’était dans le cadre de la célébration du 1er mai 2021 (fête de travail), au siège de cette confédération à Abidjan-Cocody.

Pour Traoré Dohia (sécrétaire national) et ses camarades, après la crise de la Covid-19, la Côte d’Ivoire est en face d’une autre crise "la conjoncture énergétique'

Selon la Fesaci, si cette crise, qui est interne à la Côte d'Ivoire ,perdure, les conséquences seront ressenties tant sur les travailleurs que sur les ménages. C’est pourquoi elle invite l’Etat de Côte d’Ivoire à suspendre la vente de l’énergie comme le fait l’Amérique en situation de crise.

« Le prix de la tonne de ciment est passé de 70 000 à 85 000 f en moins de 2 semaines. Si la coupure intempestive de courant continue, la situation risque d’être catastrophique », a affirmé Traoré Dohia, secrétaire général de cette centrale syndicale. Et Monsieur Traoré de poursuivre « les entreprises de productions travaillent 24h/24 mais aujourd’hui elles peinent à avoir 2 heures par jour, si ceux qui qui sont dans la chaines de production ne travaillent pas ils n’auront pas de revenu. Ainsi, ce sont des milliers de travailleurs qui vont se retrouver sans emploi et les biens produits vont aussi augmenter », explique Traoré Dohia.

Pour Kouadio Koffi N’da, secrétaire général du syndicat national des agents du secteur de l’énergie électrique et du combustible (Synaseec) et secrétaire général adjoint de al Fesaci en charge de la coopération internationale, cette crise du secteur de l’énergie était prévisible et elle devrait se poursuivre jusqu’au mois d’août prochain. « Pendant cette période le niveau d’eau a baissé dans nos barrages qui produisent 25% d’électricité et les thermiques 75% ont réduit leur production en raison du de la montée du coût du pétrole au niveau mondial. Le prix du pétrole a augmenté ainsi que le prix du gaz.  La centrale d’Azito était prévu s’arrêter pour l'entretien de ses machines. La Côte d’Ivoire a signé des contrats de fournitures d’électricité avec certains pays comme le Mali et le Burkina Faso et nous sommes obligés de respecter les clauses du contrat, mais comme l’Amérique l’a fait dans sa politique de lutte contre la covid-19, il nous faut satisfaire les besoins de la nation avant de vendre l’électricité, nous sommes victimes d’une mauvaise programmation, mais malheureusement cette situation devrait se poursuivre jusqu’au mois d'août, le temps que les premières pluies arrivent », a-t-il soutenu.

Pour Monsieur Kouadio, en attendant la Compagnie ivoirienne d’électricité (Cie) est obligée de procéder à des délestage pour satisfaire tout le monde.

Face à cette crise énergétique, la Fesaci invite les travailleurs à être solidaires pour faire face aux nouveaux défis.  «Nous devons lutter pour vivre et sauver nos emplois », a affirmé Yao Kobenan Dongo, secrétaire fédérale à l’organisation de cette centrale syndicale.

Créée en 1992, la Fesaci compte aujourd'hui environ 150 syndicats affiliés.


Cré

Eugène YAO   

Content created and supplied by: eugeneyao (via Opera News )

covid-19

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires