Sign in
Download Opera News App

 

 

1er mai 2021 : Zadi Gnagna remet le couvert/Voici pourquoi il tient au 13ème mois

(Théodore Zadi Gnagna, premier responsable de la Centrale plateforme nationale intransigeant sur le dossier du 13ème mois/Photo Archives) 

La fête du travail célébrée le 1er mai de chaque année, est une opportunité pour les travailleurs de faire connaitre les préoccupations aux tenants du pouvoir. La Centrale plateforme nationale avec à sa tête Théodore Zadi Gnagna souhaite voir ses revendications satisfaites tant au niveau du secteur public que privé, notamment le dossier du 13ème mois.

En prélude au 1er mai, le premier responsable de la Centrale plateforme nationale a présenté le cahier des revendications de sa structure sur sa page Facebook.

Au nombre des doléances que le président de la plateforme nationale des organisations professionnelles des secteurs public et privé de Côte d’Ivoire présentera au président Alassane Ouattara, il fait un plaidoyer particulier auprès du chef d’Etat pour le treizième mois, et en donne les raisons.

« La Centrale demande le paiement d’un 13è mois aux fonctionnaires et agents de l’Etat au mois de décembre qui est connu pour être celui des dépenses », indique-t-il d’emblée.

« En effet, en plus des dépenses incompressibles auxquelles le fonctionnaire doit faire face, se greffent celles encore plus importantes des deux grandes fêtes, à savoir, la fête de Noël et la fête du nouvel an. Le salaire du fonctionnaire pour ce mois ne peut supporter une telle saignée financière », a expliqué le premier responsable de cette organisation syndicale.

Et d’ajouter s’adressant au chef de l’exécutif : « Une telle annonce au cours d’une déclaration officielle du président, notamment le 1er mai, aurait un écho favorable dans le milieu des travailleurs, notamment les fonctionnaires, par son caractère innovant ».

Par ailleurs, le secrétaire général de la confédération générale syndicale des travailleurs de Côte d’Ivoire (CGST-CI) a exposé les autres revendications toutes aussi importantes.

Au niveau du public, il a cité entre autres, le relèvement de l’indice référentiel de base l’ordre de 10% et 5% tous les deux ans, la revalorisation de l’indemnité contributive au logement et son attribution à tous les fonctionnaires, les taux actuels compris entre 50 et 70.000 FCFA sont largement dépassés, la revalorisation du taux d’annuité liquidable de la pension de retraite de 1.75 à 2. Et l’application des différentes conventions et que le nouveau statut général de la fonction publique soit adopté.

Concernant le secteur privé, la centrale demande notamment la révision du code du travail qui devra inclure les dispositions favorables à la préservation et à la stabilité des emplois, la prise de l’ensemble des décrets d’application du code du travail, la revalorisation du Smig et du Smag, et l’article 31.8 du nouveau Code du travail, et le réajustement des pensions de retraite qui est nécessaire en raison du caractère dérisoire des pensions de retraite dans ce secteur.

Y.K

   

Content created and supplied by: Y.KOBO (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires