Sign in
Download Opera News App

 

 

Libéralisation du secteur de l’électricité en Côte d’Ivoire : où en somme nous à ce jour ?

Le gouvernement ivoirien a adopté courant 2016, six décrets ouvrant le secteur de l’électricité à la concurrence, afin d’augmenter la productivité et réduire le coût de vente aux ménages. Cinq années après, les choses semblent encore bloquées et les Ivoiriens sont toujours confrontés aux délestages.

Vendredi 30 avril, les Ivoiriens s’étaient réveillés au petit matin dans le noir, les yeux embourbés de sommeil. Une coupure d’électricité intervenue vers 2h du matin et qui s’est poursuivi jusqu’à la mi-journée, avait rendu le sommeil difficile pour la majorité. Dans la colère de ce délestage de trop, les Ivoiriens ont pris pour bourreau la Compagnie ivoirienne d’Electricité, encore seul à distributeur de l’énergie électrique dans le pays.   

Pourtant, qui ne se souvient pas de cette déclaration du chef de l’Etat annonçant la fin du monopole de la CIE. C’était le 01 mai 2016 devant les syndicats des travailleurs réunis au Palais présidentiel. Alassane Ouattara, « profondément touché » par la hausse des tarifs de l’électricité intervenue en début d’année  et les manifestations qui en avaient découlé, avait lancé « un appel à tous [les Ivoiriens] qui souhaitent investir dans ce secteur » à se manifester. Car dira-t-il, « C’est la concurrence qui fera baisser le prix de l'électricité » en Côte d’Ivoire.

Lors du Conseil des ministres du 12 octobre 2016, le gouvernement adopte six décrets dans ce sens. « Ces décrets sont pris en application de la loi portant code de l'électricité et ils réaffirment la volonté de l'État d'ouvrir à la concurrence la quasi-totalité des segments d'activités du secteur de l'électricité », indique le ministre du pétrole et de l'Energie d’alors, Adama Toungara.

Cinq années après l’annonce en grande pompe du chef de l’Etat et l’adoption de ces décrets, les choses n’ont pas vraiment bougés. Le pays est toujours dépendant de la Compagnie ivoirienne d’Electricité (CIE), propriété du groupe français Eranove, les coûts de vente aux ménages sont toujours exorbitants et les délestages font le quotidien des Ivoiriens.  

Content created and supplied by: Martin_K. (via Opera News )

alassane ouattara ivoire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires