Sign in
Download Opera News App

 

 

Côte d'Ivoire: A quoi servent les banques française en Côte d'Ivoire ?

La société générale Côte d’Ivoire, réalise pour l’exercice 2020, un produit Net Bancaire de 164 milliards de frs CFA. Quand cette information est tombée, rendue publique par abidjan.net, le 13 avril 21, l’impression et l’étonnement que j’ai vécu, les voici : « comment est-ce possible de réaliser un tel bénéfice dans un pays en proie aux conséquences du Corona virus et combien la banque-mère a laissé dans les comptes du trésor ivoirien ? » A quoi servent les banques françaises en Côte d'Ivoire ?

Le comité directeur de la société générale de Côte d’Ivoire a présenté selon toujours abidjan.net, son bilan financier à ses actionnaires au cours d’une vidéoconférence et l’heureuse nouvelle, la filiale Côte d’Ivoire vient de réaliser à elle seule, un chiffre d’affaires de 164 milliards, pour une seule année et cet argent est parti dans les caisses de la banque-mère française, sans même qu’un seul centime soit reversé à l’état de Côte d’Ivoire.

Qu’est-ce que les jeunes ivoiriens, ne broient du noir ? Ils veulent tous sortir de la misère, de la pauvreté et de la paupérisation, avec des bons projets bancables, mais les conditions exigées par ces banques sont telles que certains meurent avec à leur chevet, des grands projets, pendant que ces banques réalisent des chiffres d’affaires faramineux en milliards.

Comment les ivoiriens peuvent s’en sortir si ces banques installées sur leur sol, ne les encouragent pas à réaliser leurs projets, si ces banques sont des collectrices de leur argent. C’est de collecter l’argent du contribuable ivoirien, sans se soucier de son avenir ? Il faut que l’état regarde de près le fonctionnement de ces banques, si c’est pour servir de banques de dépôt, qu’elles revoient cette arnaque qui n’a que trop duré.

164 milliards de bénéfice à distribuer à ses actionnaires, sans se soucier de ceux qui leur fournissent cette marne. Il faut revoir, repenser à leur mode de fonctionnement pour un pays qui se veut émergent, c’est triste et dommageable. Le gouvernement ivoirien est obligé de distribuer de l’argent à des jeunes sous des critères, frisant quasiment, au clientélisme, alors que sur son sol, des banques se frottent la main avec des milliards de bénéfice.

A quel moment ces banques de dépôt pourront-elles changer pour aider les porteurs de projets à résorber le chômage qui plombe l’avenir de la Côte d’Ivoire ? A quel moment ?

Pour quelqu’un qui a un projet et qui cherche des financements, ce que ces banques lui demandent comme garanties, ces porteurs sont obligés de dormir avec leurs projets sous leur paillasson. Pendant ce temps, on sent l’envie du gouvernement de faire bouger les choses, mais il butte sur ces vieux accords de coopération sclérosés et vétustes qui consistent à tout donner aux français et laisser mourir les populations ivoiriennes.

Le président Ouattara doit se battre pour que ces accords de coopération soient revus pour que la population puisse être accompagnée par ces banques.

Rapatrié 164 milliards sans rien laisser à l’état ivoirien, comment peut-il tenir face aux besoins croissants de sa masse de jeunes à la recherche d’emploi et dont l’état ne peut à lui seul tous les satisfaire ? Pourtant, il veut s’appuyer sur le secteur privé et ceux-ci ne sont pas accompagnés par les banques exigeantes, comment peut-on parler d’émergence ?

Ce n’est pas possible que la seule banque générale rapatrie plus de 164 milliards, sans compter les autres, qui se sucrent sur le dos de la misère de ces populations que ces banques laissent mourir, sans aucun sentiment de compassion, mais alors à quoi sert donc une banque ?

                                                     Joël ETTIEN

Content created and supplied by: BusinessActuality (via Opera News )

côte d'ivoire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires