Sign in
Download Opera News App

 

 

20 milliards du Conseil café-cacao aux multinationales : Les producteurs en colère

 Le Conseil café-cacao va apporter un appui de 20 milliards F aux multinationales, en guise de manque à gagner du fait du DRD. Mais, les producteurs eux sont ignorés et broient du noir. Ils sont en colère. Le courrier qui explique tout.

 

Les producteurs de cacao ne savent plus à quel saint se vouer, après la désastreuse campagne principale de commercialisation.

De quoi s’agit-il ?

En effet, dans une note à l’attention des exportateurs et transformateurs en provenance du Conseil café-cacao, l’objet a trait à l’incidence du DRD sur les charges réelles des exportateurs de cacao. Selon la note, le Conseil du café-cacao indique que l’impact du Différentiel de revenu décent (DRD) est de 5F CFA/KG pour la campagne principale et de 4F/KG pour la campagne intermédiaire, soit 9 F CFA pour l’ensemble de la campagne 2020-2021. Selon le Conseil café-cacao, le remboursement se fera sous forme de soutien.

Par conséquent, si on tient compte des 2,2 millions de tonnes écoulées durant toute la campagne, c’est environ 20 milliards F CFA que le Conseil va apporter en termes de soutien aux multinationales.

 

Des coopératives trainent des impayés

Selon un producteur qui a requis l’anonymat, cette note est un scandale pour les producteurs. « Il y a eu le Covid-19, les producteurs n’ont reçu aucun appui de l’Etat. En outre, après les blocages liés à la commercialisation du cacao, deux mois après l’ouverture de la campagne, le directeur général du Conseil café-cacao, Yves Koné, a demandé aux producteurs de ne pas écouler leur produit. Là encore, ceux qui l’ont écouté ont finalement vendu leur production à 750 F le Kg au cours de la campagne intermédiaire au lieu de 1000 F CFA le kg lors de la campagne principale. Pour tous ces sacrifices, le producteur n’a reçu aucun dédommagement », a-t-il expliqué, avec colère. Pis, a informé notre interlocuteur, certaines coopératives ont des chèques qui restent jusqu’à ce jour impayés. « Malgré les assurances du Conseil café-cacao, des coopératives trainent des chèques impayés. C’est le cas d’une grande coopérative d’Agboville qui a un chèque de 137 millions F et qui reste impayé. Tout cela est frustrant lorsqu’on entend que le Conseil va apporter un appui aux multinationales », a déploré notre source. Puis de s’interroger si le Conseil café-cacao est au service des multinationales ou des producteurs.

La campagne 2020-2021 a débuté le 1 octobre 2020, avec beaucoup d’espoir. Le gouvernement ayant fixé le prix bord champ du cacao à 1000 F se fondant sur le DRD estimé à 400 dollars la tonne. Le DRD est un mécanisme négocié par la Côte d’Ivoire et le Ghana, d’une part avec les industriels, chocolatiers et exportateurs d’autre part afin que ceux-ci rétrocèdent aux producteurs une prime de 400 dollars la tonne. Toutefois, l’euphorie qui a marqué l’ouverture de la campagne a été de courte durée. En octobre dernier, regroupées au sein du Groupement des exportateurs (Gepex), les multinationales ont exigé une réduction des prix à eux appliqués par le gouvernement, en raison disent-elles du ralentissement de la demande dû au Covid-19.

Depuis lors, la campagne de commercialisation connaît un gros échec. Le prix garanti bord champ fixé n’est nullement respecté. La campagne intermédiaire qui a commencé le 1er avril ne fait pas non plus exception. Le prix bord champ connait une baisse de 250 F. Il est fixé à 750 F le kg de fèves. A ce niveau encore, prétextant de la réduction du grammage, les acheteurs ne respectent pas le prix au producteur. Les producteurs souffrent. Les coopératives aussi. Tout cela, dans l’indifférence des dirigeants du secteur.

AKE 

Content created and supplied by: Eddy3 (via Opera News )

covid-19

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires