Sign in
Download Opera News App

 

 

Société / Amélioration du cadre de vie hygiénique des populations : La SSD impliquée

Le lavage des mains et du matériel adéquat pour faire barrage à la propagation du Covid-19

 

 

Le jeudi 16 septembre 2021 prochain, dans la ville historique de Grand Bassam, le projet Sanitation     Service    Delivery (SSD) qui a permis à certaines populations des localités de : Yopougon, Aboisso, Adzopé, Agboville, Tiassalé, Toumodi, Oumé, Divo, Gagnoa, Yamoussoukro, Bouaké, Bouaflé, Duekoué et Man d’avoir accès à des toilettes améliorées et des services de vidanges de qualités, va faire ses adieux à la Côte d’Ivoire.

 

Grâce au soutien du gouvernement américain à travers l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID), le projet mis en œuvre en Côte d’Ivoire par Population Services International (PSI)-CI), une organisation américaine non gouvernementale consacrée à l'amélioration de la santé et de la qualité de vie des personnes sur le territoire national, a travaillé pendant sept (7) années en collaboration avec les autorités du pays en général et en particulier avec les autorités municipalités des 15 localités citées, ce sont des actions d’envergures de sensibilisation, d’information et de formation visant à permettre à ces différentes couches sociales d’avoir un accès facile aux différents produits de SSD et jouir d’une vie paisible à travers l’assainissement de leur environnement immédiat et l’amélioration de l’hygiène de leur cadre de vie. Avec à la clé, des populations bien instruites sur les meilleures pratiques pour faire barrage à la propagation de la COVID-19 et une équipe de jeunes entrepreneurs formés pour poursuivre les activités à la fin du projet.

 

Le rôle joué par SSD depuis 7 ans

 

Cela fait sept ans que le projet Sanitation Service Delivery (SSD) est engagé dans le projet régional de prestation de service d'assainissement en milieu urbain et péri-urbain tant en Côte d'Ivoire qu’au Bénin. Le projet SSD a mobilisé et sensibilisé la communauté nationale en Côte d’Ivoire sur l’accès aux toilettes améliorées, sur la gestion hygiénique et l’élimination correcte des boues de vidange, l’utilisation correct des dispositifs de lavage des mains qui sont des aspects du développement souvent négligés mais qui ont des impacts considérables sur la santé, la productivité, la croissance économique et l'autonomisation des femmes.

 

Selon le rapport JMP-UNESCO de 2016 seulement 39% des populations vivant en ville possèdent des toilettes décentes, alors que 36% partagent les mêmes latrines (WC). C’est une situation très préoccupante qui s’explique selon cette étude par le fait que ces populations manquent d’informations fiables sur le matériel nécessaire à utiliser pour avoir des toilettes améliorées et propres, pour la vidange et pour l’amélioration de l’hygiène de leur cadre de vie.

 

A cela il faut ajouter le manque de bonnes pratiques à adopter en vue de faire face à l’avancée de la pandémie de la COVID-19. Le projet SSD, au regard de cette insuffisance, a initié des activités de promotion et de vente d’ouvrages sanitaires et proposé des services pour assainir et améliorer l’hygiène de vie des populations en Côte d’Ivoire en collaboration avec les autorités du pays.

 

15 localités de la Côte d’Ivoire mises à contribution

 

Pour la mise en œuvre de cette politique qui va aboutir au changement de comportement des ivoiriens, concernant ce projet, 15 localités ivoiriennes ont été mises à contribution avec l’appui institutionnel du Ministère de la Santé, de l’Hygiène Publique et de la Couverture Maladie Universelle, à travers la Direction de l’Hygiène Publique la Santé-Environnement (DHPSE), le Ministère de l’Assainissement et de la Salubrité par le biais de la Direction de l’Assainissement en Milieu Rural (DAR), l’Office Nationale de l’Assainissement et du Drainage (ONAD), l’Union des Villes et Communes de Côte d’Ivoire (UVICOCI) et l’Assemblées des Régions et Districts de Côte d’Ivoire (ARDCI) .

 

Ensemble, ils se sont engagés pour relever le défi de l’amélioration du cadre de vie et de promotion des bonnes pratiques à adopter pour lutter contre la propagation du coronavirus à Yopougon, Abobo, Aboisso, Adzopé, Agboville, Tiassalé, Toumodi, Oumé, Divo, Gnoa, Yamoussoukro, Bouaké, Duekoué et Man. En sommes le projet Sanitation Service Delivery (SSD) a fourni des produits et services à moindre coût aux ménages économiquement faibles des populations de ces villes et formé certains jeunes entrepreneurs (TPE) afin de poursuivre les activités à la fin du projet SSD. En outre, les actions clés du projet SSD pour ‘’agir ensemble pour un meilleur accès à l’hygiène et à l’assainissement de base’’, dans ces 15 localités, ont été la mise à disposition de latrines améliorée ‘’Sani Plus’’ à des prix défiants toutes concurrences et un service de vidange de fosses septiques de qualité.

 

Le projet SDD, pour contenter tout le monde dans cette lutte engagée depuis 7 ans, est allé plus loin en proposant aux ménages moins nantis de s’appuyer sur leurs mutuelles, coopératives et autres associations communautaires pour pouvoir s’offrir ces toilettes améliorées. Ces différentes structures, au regard de la collaboration et du partenariat qui existe entre eux et le projet SSD, pourront supporter les coûts des produits de l’assainissement dont leurs membres en ont besoin. Une offre qui a été bien accueillie d’ailleurs.

 

De bonnes pratiques pour faire barrage à la propagation de la COVID-19 enseignées

 

Le projet SSD se trouve être le premier projet en Afrique de l’ouest qui intervient en matière d’assainissement en milieu urbain. Pendant près de 7 ans, il a participé à accroître l’accès de la population à un assainissement de base, à une gestion sécurisée de boues de vidange et de partager les leçons apprises de l’approche basée sur le marché de l’Afrique de l’Ouest.

 

Face à la propagation de la COVID-19, le projet SSD a aussi permis aux populations des 15 localités visitées d’être instruites sur les bonnes pratiques concernant la lutte contre ce fléau des temps modernes. Et, en s’appuyant surtout sur la sensibilisation, l’information de masse à travers les médias, le recrutement et la formation des comités locaux d’hygiène et d’assainissement pour les activités de sensibilisation dans leurs communautés et en distribuant des dispositifs de lavage des mains et mettant à disposition un des acteurs de l’assainissement un guide de sécurité et d’approche sanitaire en situation de Covid 19 pour prôner les gestes barrières et augmenter leur résilience.

 

Tout sur les acquis de cette approche communautaire

Après 7 ans de mise en œuvre du projet SSD en Côte d’Ivoire, les acquis sont énormes. Cependant, on retiendra essentiellement que les 15 localités pilotes bénéficient désormais de latrines améliorées, de 58 opérateurs de vidange dotés en équipements de protection individuel et formés à la vidange hygiénique, de bonnes pratiques basées sur le lavage des mains pour riposter contre la propagation de la COVID-19.

 

Le projet SSD peut se targuer également, d’avoir réussi à mettre en place une chaîne d’approvisionnement du marché ivoirien. Et qui, permettra aux ménages désormais des 15 localités mises à contribution et bien d’autres de se procurer à moindre coût par l’intermédiaire des Très Petites Entreprises (TPE), du matériel de construction de toilettes améliorées.

 

En outre, on n’oublie pas que lors de la mise en œuvre de ce projet SSD, que ce sont 12006 toilettes améliorées avec SATOPAN incrustés installés, 448 micro-entrepreneurs formés de 2014 à fin juin 2021, 104 284 personnes ont accès à un assainissement limité ou de base ou amélioré ; 12 320 personnes ont accès à un assainissement de base ; 34 930 personnes ont accès à un assainissement limité. 57 Comités locaux d’hygiène et d’assainissement installés dans les localités partenaires du projet SSD, avec 698 membres formés à la sensibilisation à l’hygiène sur les gestes barrières covid19 ; 644 DLM distribués dans les écoles et sensibilisés par les techniciens du ministère de la santé aux lavages des mains et gestes élémentaires d’hygiènes à respecter pour éviter la covid-19 ; 109 Dispositif de lavage des Mains distribués dans les centres de santé, mairies et lieux publics dans les zones des villes partenaires du projet ; 98 dispositifs de lavage des Mains distribués aux chefs des villages et quartiers dans certaines zones du projet ; 1000 dispositifs de lavages des mains distribués aux micro-entrepreneurs pour installation dans les ménages.

 

 Pour terminer, le moins qu’on puisse dire, c’est que le projet SSD a été d’un apport important dans le changement de comportement des populations ivoirienne en général et de celle des 15 localités approchées en particulier. Une expérience a réédité au regard des nombreux enjeux et autres défis à relever dans le cadre du changement de comportement de l’ensemble des habitants de ce pays. Si on veut véritablement gagner le pari de l’accès à l’hygiène et à l’assainissement de base.

Fidèle Neto

Content created and supplied by: FidèleNeto (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires