Sign in
Download Opera News App

 

 

Remous dans la filière café-cacao / un producteur en colère : « trop, c’est trop »

Le vice-président de la FOPCC, par ailleurs président de la société coopérative Agnitiè d’Abengourou, n’est pas indifférent aux remous actuels dans la filière café-cacao. Il est monté au créneau, ce samedi 16 octobre 2021 pour cracher ses vérités.

 

 

La campagne principale de cacao est ouverte depuis le 1er octobre 2021. Le kilogramme de cacao bord champ est fixé à 825 F. Pour la première fois, le prix du café a été aussi annoncé, à l’ouverture de la campagne principale du cacao. Il est de 700 F le kg.

A l’occasion, le directeur général du Conseil café-cacao, Yves Koné, a égrené de nombreuses actions au profit des producteurs. Au niveau de l’amélioration du cadre de vie et des revenus des producteurs, Yves Koné a fait savoir que ce sont 77 milliards F qui ont été investis dans le reprofilage des pistes, l’hydraulique villageoise, l’éducation, la santé et la sécurité.

S’agissant du fonds Covid-19 à remettre aux producteurs, le DG a été très clair : « Des syndicats me vilipendent dans la presse relativement à la distribution du fonds Covid-19 estimé à 17 milliards F CFA. Sachez que ce fonds n’a pas encore été mis à notre disposition par le gouvernement ».

Malgré cette mise au point, des syndicats ont annoncé une grève des producteurs le 12 octobre 2021.

Pour le vice-président de la Fédération des organisations de producteurs de café-cacao de Côte d’Ivoire (FOPCC), cette tentative de perturbation de la filière est excessive. « Trop, c’est trop. L’Etat doit prendre ses responsabilités, on ne peut pas laisser des petits syndicats qui ne sont même pas représentatifs semer des troubles par endroits. Car sur les 13 zones de production du cacao, ce sont seulement dans trois villes (Duékoué, Soubré et Daloa) que ces syndicats ont fait un peu de bruit. Il faut mettre fin à cette comédie », a souligné Maurice Sawadogo. Car pour lui, dans la mesure où le DG du Conseil café-cacao dit que l’appui Covid-19 n’est pas encore disponible, les planteurs doivent attendre. « Que ces syndicats sachent que le temps où l’argent de la filière était distribué à certains responsables de syndicats basés à Abidjan, au détriment du producteur de base, est révolu », a-t-il insisté, ce samedi 16 octobre 2021, dans une déclaration.


    Pourquoi Yves Koné va rester à son poste

Maurice Sawadogo, par ailleurs, président de la société coopérative Agnitiè d’Abengourou est formel. « Le bilan du directeur général du Conseil café-cacao, Yves Koné, est largement positif. Les producteurs ont été recensés. On connaît les vrais producteurs aujourd’hui. Grâce au recensement, le planteur va bénéficier d’une carte à vocation multifonction. Cette carte sera dotée d’un code QR renfermant toutes les informations sur le producteur et son verger et d’une puce bancaire pour permettre des transactions financières sur la commercialisation des produits. La coopération Côte d’Ivoire-Ghana avec à la clé le Différentiel de revenu décent (DRD) est une avancée notable. Un projet de reconstitution du couvert forestier est en cours. », a-t-il souligné.

Pour le vice-président de la FOPCC, les problèmes des producteurs sont ailleurs. « Aujourd’hui, les producteurs ont besoin de produits phytosanitaires à bon prix. En outre, les fonds issus de la certification doivent augmenter les revenus des producteurs et non ceux des PCA de coopératives. Enfin, il demande l’Etat d’aider le producteur à aller à la diversification de ses revenus pour qu’à tout moment, il puisse vivre de son travail », a-t-il relevé, comme pour dire que l’Etat ne doit pas accorder de l’importance aux « planteurs de café-cacao  d’Abidjan ».

Le débat est ouvert.

 

AKE

Content created and supplied by: Eddy3 (via Opera News )

covid-19 yves koné

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires