Sign in
Download Opera News App

 

 

Révélations / 16 DG, PCA et responsables "illégalement maintenus à la tête de structures de l’Etat"

Le journal indépendant, Ivoir'Hebdo dans sa parution de ce mardi 04 mai 2021 a dévoilé 16 Directeurs généraux et Présidents du Conseil d'administration maintenus illégalement à la tête des structures de l'Etat.

Dans cette enquête réalisée, le journal Ivoir'Hebdo fait des révélations sur des Directeurs généraux (DG), des présidents d'administration de conseil(PCA) et des présidents d'institutions qui occupent des postes des entreprises d'Etat dont leurs mandats vont au-delà du cadre légale. 

Sur ce que disent les textes sur le mandat d'un directeur ou président d'administration, selon le rappel du journal d'information, fait cas d'un mandat de trois ans non renouvelable. Mais ces directeurs, présidents d'administration et d'institutions ont expiré voire pour quelques mois pour certains, pour d'autres des années. «Ils sont seize. Tous des hommes. Ils sont Présidents de conseil d’administration (PCA), directeurs généraux ou présidents d’institution, dont les mandats de trois ans, renouvelables une seule fois (c’est ce que disent les textes) ont expiré depuis quelques mois pour certains, des années pour d’autres.», a indiqué le journal.

Poursuivant, Ivoir'Hebdo énumère ces directeurs, présidents d'administration et d'institutions. Notamment l'AGEF. « Danho Pierre Nandjui est incontestablement le PCA le plus ancien, encore en fonction». " Il a été nommé par le Conseil d’administration, le 25 octobre 2011. Il est aussi l’un des rares à n’avoir pas été nommé directement par la Présidence, mais à avoir été élu par les administrateurs."

De même l'ARTCI. Le journal indique : « Est nommé directeur général de l’ARTCI, M. Bilé Diéméléou Amon Gabriel, ingénieur des télécommunications» et maire de Dimbokro. "Le décret date du 22 mai 2013. Il y a donc huit ans. L’ARTCI est l’une des rares structures dont le mandat du directeur général est explicitement limité dans le temps." 

"En effet, L’article 82 de l’ordonnance du Président Alassane Ouattara, prise le 21 mars 2012, relative aux télécommunications et aux technologies de l’information et de la communication, souligne que le directeur général est nommé par décret pris en conseil des ministres, pour un mandat de quatre ans renouvelable une seule fois.Il ne peut être révoqué avant la fin de son mandat, sauf pour faute lourde dûment justifiée".

Et le journal d'investigation d'indiquer cette situation est sujet tabou qui devient de plus en plus gênant au sein du Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP). 

Content created and supplied by: Ivoir'Soir.net (via Opera News )

dg

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires