Sign in
Download Opera News App

 

 

ASK à propos des per diem : « C’est avilissant pour les journalistes et c’est réducteur »

Le débat sur la question des per diem fait de plus en plus rage dans le microcosme de la presse ivoirienne. A cet égard nous avons interrogé le journaliste et analyste politique André Silver Konan pour avoir sa position sur le sujet. Sans louvoyer, le patron de l’hebdomadaire Ivoir’Hebdo a rejeté l’idée de per diem. Pour lui, c’est une pratique avilissante et réductrice.

« C’est avilissant pour les journalistes et c’est réducteur. Cela ne leur permet pas d’évoluer dans le milieu. Moi quand je suis rentré dans la presse, j’ignorais qu’il existait le système des per diem. Quand j’ai su cela, je me suis orienté vers les grands genres journalistiques. Et qui dit Interview, enquête, dossier et autres, exclu les per diem. Et justement c’est parce que je me suis orienté vers les grands genres journalistiques que je me suis révélé au grand public », a-t-il confié.

De son point de vue, « qui dit per diem dit les petites cérémonies organisées par les ONG et les particuliers. Et ce genre d’activité n’intéresse pas le grand public. Cela ne dévoile donc pas le talent des journalistes. Ça, c’est la première chose. Deuxième chose, quand des journalistes courent après les per diem dans les manifestations dont l’intérêt n’est pas aussi prégnant, ils s’enferment dans la facilité et ils n’évoluent pas dans leurs écrits et dans leurs boulots. Conséquence, il y a des journalistes qui ont fait 10 ou 15 ans de métier dont le nom de plume n’est pas connu ni des lecteurs, ni des auditeurs et ni des téléspectateurs. En somme, les per diem ne permettent pas de travailler sur la notoriété du journaliste. Tout simplement par ce qu’il est porté sur le gain facile qui sont même des miettes ».

Ceci étant, André Silver Konan préfère mettre les journalistes débutants devant leurs responsabilités.

« Pour me résumé, mon conseil le plus pragmatique et le plus puissant aux journalistes débutants ou qui sont intéressés par le métier, c’est très simple : vous avez le choix entre courir après les per diem qui dans tous les cas sont des miettes ou courir après la construction de votre notoriété, toute chose qui vous garantira une place dans le milieu et un avenir professionnel pertinent. Vous avez le choix ! », a-t-il indiqué. 

Content created and supplied by: Pierre_Ephèse (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires