Sign in
Download Opera News App

 

 

Pour être autosuffisant en sucre, l’Etat ivoirien demande plus à Sucaf-ci et à Sucrivoire

Depuis janvier 2020, le gouvernement ivoirien a interdit l’importation de sucre afin de favoriser le développement et la croissance des entreprises locales opérant dans ce secteur. En protégeant temporairement les industriels locaux, il s’agissait de favoriser ainsi la hausse de la production locale et combler le déficit existant. Par ailleurs, l’on notait sur le terrain, une vaste campagne de lutte et de répression des importations frauduleuses de sucre provenant du Brésil, de Chine ou encore de Thaïlande.

Malheureusement, cette mesure protectrice adoptée par les autorités ivoiriennes n’a pas donné les résultats escomptés. Les deux entreprises locales qui se partagent le marché à savoir les Sucreries Africaines de Côte d’Ivoire (SUCAF-CI) filiale du Groupe français Société d'Organisation de Management et de Développement des Industries Alimentaires et Agricoles (SOMDIAA SA), un groupe agro-alimentaire qui produit et commercialise des denrées alimentaires, principalement du sucre et de la farine, sur le continent africain et dans l’océan Indien et Sucrivoire  filiale du Groupe Sifca, peinent à faire croitre leurs productions en dépit d’ambitieux plans d’investissement annoncés.

Pour rappel, la consommation ivoirienne en sucre était estimée à 243 000 tonnes en 2018 contre une production locale de 197 270 tonnes soit une couverture de 80,96 %.

Pour combler le déficit existant, l'Etat vient de signer ce jour 3 mai 2021, un contrat avec Sucaf-ci et Sucrivoire pour produire 25% de plus et permettre au pays d’être auto-suffisant mais aussi garantir des prix accessibles aux ivoiriens. Ce contrat devrait permettre à ces deux industriels de réaliser les investissements nécessaires pour augmenter leur capacité de production, de renforcer leur  compétitivité afin de parvenir à l’autosuffisance en sucre.

Content created and supplied by: SGB78 (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires