Sign in
Download Opera News App

 

 

Exportation des amandes de cajou aux USA : Le grand pari d’Adama Coulibaly

La Conseil du coton et de l’anacarde est sur le point de réussir son pari de faciliter l’exportation des amandes de cajou en provenance de la Côte d’Ivoire vers le marché américain et international. Un programme a été lancé, à cet effet, le lundi 17 mai 2021 à Yamoussoukro.

 

 

Un pas important, dans le processus de facilitation des exportations d’amandes de cajou. Depuis, le lundi 17 mai 2021, au Centre d’innovations et de technologies de l’anacarde (Cita), à Yamoussoukro, le Conseil du coton et de l’anacarde (CCA) a procédé au lancement de la phase pratique du programme de conquête du marché international.

En effet, le Conseil du coton et de l’anacarde a conclu un partenariat avec le cabinet américain, Ivory Cashew, spécialisé dans la formation, la certification et le commerce d’amandes de cajou de haute qualité. Ce programme vise à accompagner les unités industrielles de transformation ivoirienne dans une démarche qualité afin de satisfaire aux normes américaines et internationales de sécurité sanitaire des aliments.

Cette phase pratique fait suite à une formation théorique sur la réglementation et les exigences américaines en matière d’importation des produits alimentaires. Pendant deux semaines, quinze unités de transformation ont reçu les experts du cabinet Ivory Cashew en vue d’évaluer leurs capacités à pénétrer le marché international des amandes et leur faire des recommandations.

Le directeur général du Conseil du coton et de l’anacarde, Adama Coulibaly, intervenant à cette occasion, a révélé que la production 2021 d’anacarde va osciller autour de 900 mille tonnes. « Or, pour cette grande production, nous n’avons que deux clients dans le monde, le Vietnam qui absorbe entre 75% et 80% des exportations et l’Inde qui absorbe entre 20 et 25% de notre production. C’est dire que ces deux pays absorbent à eux seuls, près de 99% de la production ivoirienne », a-t-il informé. En sus, a-t-il ajouté, au niveau des amandes, au premier trimestre de 2021, la Côte d’Ivoire est désormais le 3è exportateur sur le marché international. « La Côte d’Ivoire dépasse dorénavant le Brésil. Notre pays a la chance de la proximité avec les pays consommateurs. Nous faisons donc tout pour avancer dans la transformation qui est une nécessité pour la Côte d’Ivoire. Car, selon les statistiques, la production représente 20% de la chaîne des valeurs, 40% pour la transformation et 40% pour la distribution », a-t-il souligné. Or, actuellement, le pays ne capte que 20% de la chaîne de valeurs. D’où la volonté de l’Etat d’inverser la tendance, en prenant en charge entièrement cette démarche qualité pour l’ensemble des unités de transformations. « Le marché américain est le plus vaste en matière de consommation des amandes, mais le plus exigeant. Avec l’appui d’Ivory Cashew, il s’agit de tout mettre en œuvre afin de certifier les unités de transformation existantes pour conquérir ce marché. Le service est gratuit pour toutes les unités», a fait savoir le DG. Rappelons que la Côte d’Ivoire est le premier producteur de noix brutes de cajou, avec plus de 850 mille tonnes pour la campagne 2020. Avec un accroissement de plus de 100 mille tonnes de capacités de transformation additionnelle attendue en 2021, le défi de la transformation locale du cajou d’origine Côte d’Ivoire sera l’exportation des amandes vers les plus grands marchés de consommation.

 

AKE    

 

Content created and supplied by: Eddy3 (via Opera News )

adama coulibaly marché usa

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires