Sign in
Download Opera News App

 

 

Appui technique et matériel à la production agricole en 2021 : l'ANADER déballe ses priorités


Consolider et renforcer les actions de production agricole, poursuivre des actions d’accompagnement à la sécurité nutritionnelle, notamment au bénéfice des ménages vulnérables. Poursuivre la sensibilisation sur l’hygiène et la santé dans le milieu rural. Telles sont les priorités de l’Agence nationale d’appui au développement rural (ANADER) que le directeur général, Dr. Sidiki Cissé a dévoilées, le jeudi 25 février 2021, à l’hôtel Ivotel sis à Abidjan-Plateau, lors du traditionnel déjeuner de presse du nouvel an. C'était en présence du Pca, Coulibaly Adama, et de la DGA, Mme Nicole Aphing Kouassi. 

Dr. Sidiki Cissé ambitionne de mettre l’accent sur la production de certaines cultures à partir de l’irrigation si les moyens sont mis à sa disposition pour éviter les aléas de la pluviométrie. Il a pris l’exemple du projet de 20 hectares de maïs où pas plus de 10% de production ont pu être récoltés, faute de pluie. Toutefois, il s’est réjoui de ce que l’appareil national de production agricole et de distribution de denrées alimentaires n’a pas connu de désorganisation majeure depuis l’avènement de la Covid-19, en mars 2020, en Côte d’Ivoire. “La sécurité alimentaire, sanitaire et nutritionnelle des populations rurales n’a pas été compromise du fait de la pandémie à cause des initiatives entreprises par l’Anader, le gouvernement et les partenaires”, a-t-il indiqué.

Avec le Programme d’urgence du secteur agricole (PURGA), Dr. Sidiki Cissé a révélé que d’importantes quantités de semences sont produites ou en cours de production qui permettront de poursuivre les actions de production agricole les campagnes à venir. Il s’agit de 51 tonnes de semences maraîchères, 100 tonnes de semences de maïs et 150 000 000 de boutures de manioc. Aussi, ce programme, a-t-il permis d’assister environ 90 000 producteurs de bananes plantains, de maniocs, de maïs et de produits maraîchers. Soit 47 737 hectares sur 27 000 hectares prévus. Les produits maraîchers se sont taillé la part de lion avec 33 383 ha pour 5000 ha initialement.

Outre l’accompagnement technique fourni par l’ANADER, le PURGA a permis d’apporter effectivement un appui matériel aux producteurs bénéficiaires à travers l’acquisition et la distribution d’importantes quantités de produits phytosanitaires, de semences, de plants et de matériel agricole. Cet accompagnement qui se poursuit est destiné à générer une production alimentaire additionnelle de 30 000 tonnes de banane plantain, 10 000 tonnes de maïs, 300 000 tonnes de manioc et 87 000 tonnes de produits maraîchers. “Les denrées produites ont effectivement favorisé le maintien des ménages de producteurs en situation de sécurité alimentaire satisfaisante sans occulter la mise en marché de surplus de production qui a amélioré le revenu des concernés”, a mentionné Dr. Sidiki Cissé. Pour qui l’avènement de la pandémie à Covid-19 en Côte d’Ivoire en mars 2020 a fait craindre d’énormes conséquences sur la santé de la population et sur l’appareil de production nationale dans tous les secteurs. En particulier pour les secteurs de l’agriculture et du développement rural, les craintes suscitées par cette pandémie concernaient la perturbation des systèmes de production et de distribution des denrées alimentaires; la limitation de l’accès aux intrants agricoles (semences, produits phytosanitaires) du fait de la réduction des activités commerciales et la limitation de l’accès à la main-d’œuvre agricole du fait de la désorganisation des systèmes de travail. “On a redouté également les répercussions négatives des mesures sanitaires et de restriction de déplacement sur la nutrition, notamment en milieu rural”, a-t-il fait savoir. Mais des mesures anticipatives de riposte, à l'en croire, ont permis de juguler jusqu’à présent la survenance de ces menaces. “Aujourd’hui, la situation semble mieux maîtrisée, malgré la persistance de la maladie qui appelle au maintien de la vigilance et à la poursuite des actions de riposte”, a-t-il terminé son propos. 

Le PURGA qui a permis d’engager 16 milliards de FCFA a été lancé à Bingerville, le 1er avril 2020. Le Programme a porté sur l’appui technique et matériel à la production agricole et l’appui à la mise en marché des produits. 

Marc-André Latta

 

Content created and supplied by: RogerLevry (via Opera News )

covid-19 maïs sidiki cissé

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires