Sign in
Download Opera News App

 

 

Ça chauffe dans le secteur de la transformation de la noix de cajou: les ivoiriens se plaignent

Préparation au séchage des noix de cajou en Côte d'Ivoire


Les producteurs et transformateurs ivoiriens de l'anacarde ne supportent plus leurs conditions de travail. Ils craignent pour la survie de leur activité, en raison de la concurrence des sociétés étrangères, principalement celles originaires d'Asie. Ils appellent le gouvernement a remédier à cela.

Selon RFI sur son site ce vendredi 26 novembre 2021, '' malgré son statut de premier producteur mondial de noix de cajou, la Côte d'Ivoire transforme à peine 10% de sa noix de cajou ''. Une situation que ne supportent plus les transformateurs ivoiriens qui craignent pour la survie de leur activité en raison de la concurrence des sociétés étrangères, principalement celles originaires d'Asie. Le groupement des industriels s'est plaint de cette situation dans un mémo rendu public le jeudi 25 nombre en déplorant que '' la Côte d'Ivoire ne capte qu'une infirme partie des richesses générées par le marché '' de l'anacarde.

Précisons que le conseil coton Anacarde avait annoncé vouloir tripler la transformation locale de sa production dès l'an prochain , ce qui a motivé de nombreux industriels nationaux à se lancer dans l'aventure. Force est de constater que la force de frappe de leurs concurrents asiatiques plus expérimentés et aux prix plus compétitifs, pèse lourdement sur les transformateurs ivoiriens. '' Plusieurs usines ayant déjà mis la clé sous le paillasson, d'autres se contentant de survivre '' selon RFI.

Ce que les industriels ivoiriens espèrent du gouvernement, c'est que des mesures beaucoup plus incitatives comme le fond de garantie pour motiver les banques a débloquer les financements, soient lancées.


Bema Aboubacar...

Content created and supplied by: BemaAboubacarCoulibaly (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires