Sign in
Download Opera News App

 

 

Face à la cherté de la vie, Pulchérie Edith Gbalet organise une grande marche

Face à la cherté de la vie en Côte d'Ivoire, face à la diminution des prix des produits agricoles, la présidente de l'ACI veut organiser une marche éclatée en Octobre 2021.

Madame Pulchérie Edith Gbalet a tenu ce mercredi 30 Juin 2021 une conférence de presse pour défendre les droits de la société civile et mettre l'accent sur la cherté de la vie. Dans son interlocution elle a touché plusieurs points importants.

Dans un premier temps elle touche du point les conditions de vie des fonctionnaires qui ne bénéficient pas tous des indemnités de logement et que ceux même qui en bénéficient doivent avoir une augmentation car cette indemnité ne peux pas faire face au coût du marché. Elle parle aussi de la prime de transport qui est aussi dérisoire et qu'elle est de 5000f pour les travailleurs de l'intérieur et de 7000f pour les travailleurs d'Abidjan alors qu'un travailleur dépense en moyenne 1000f/jour comme transport donc sur les 22 jours ouvrables qui devaient faire au total 22000f comme transport par mois. L'allocation familiale qui est toujours de 2500f/enfants ce qui est insuffisant et que comme les fonctionnaires constituent le nombre le plus important de travailleur qui font fonctionner l'Etat, ils n'ont pas de 13ème mois et encore moins une gratification pour alleger les charges qui flambent en Decembre et en Janvier avec les fêtes de fin d'années.Enfin, seulement 3% des fonctionnaires vont à la retraite avec un logement et jusqu'à présent il n' y a pas de bilan des logement sociaux qui étaient sensé soulager les besoins en logement des ivoiriens. Au secteur privé ils sont livré à toutes sortes d'abus.

Dans le second temps elle pointe du doigt encore la vie des populations rurales. Elle souligne aussi que l'agriculture ne nourrit plus son homme et leurs conditions de vie sont mauvaises à causes de la mévente des produits agricoles et du non respect des prix officiels par les acheteurs. Ces conditions sont difficiles en raison de l'accès aux infrastructures sociales de bases encore très faible. Il existe plusieurs localités sans eaux potables, sans centres de santé, sans écoles primaires et sans route pour faciliter l'acheminement des produits.

C'est dans ce contexte que la cherté de la vie va en grandissant avec les factures de la CIE et de la SODECI qui augmentent sans explication, l'accès à la santé est devenu difficile avec une CMU et la MUGEFCI qui fonctionnent plus comme des caisses noires puisque les fonctionnaires sont obligés de souscrire à des assurances privés pour garantir la santé de leurs famille. Alors qu'ils sont à la fois systématiquement prélevé pour la MUGEFCI et la CMU. Les hôpitaux publiques qui fonctionnent comme des cliniques, des écoles publiques où les parents sont soumis à des cotisations au gré des chefs d'établissement et des enseignants, le prix du kilo de la viande a augmenté de 2500f a 3000f avec os et 3500f sans os, le kilo de riz a augmenté de 100 à 150f selon les qualités de riz et même l'attieké qui est devenu le second repas d'accompagnement a aussi augmenté. Le prix de la tonne de ciment est passé de 65000f à 100000f, le carburant pareil.

Bref, elle disait que le ministère du commerce ne connaissait pas les prix car chaque commerçant applique le prix qu'il veut et que les populations sont livrés à elles même. Alors elle interpelle le gouvernement à prendre les mesures qui feront du bien à la population. Pour suivre l'intégralité de son intervention il serait mieux de vous rendre sur IVOIRE TV NET sur Youtube.

Content created and supplied by: ToutSavoirIci (via Opera News )

côte d'ivoire edith gbalet l'aci

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires