Sign in
Download Opera News App

 

 

Hausse généralisée des prix : pourquoi le gouvernement ne veut pas reconnaître sa responsabilité !

Les ménages en Côte d’Ivoire subissent actuellement une hausse sauvage des prix des produits de grande consommation et de façon générale, de tous les prix. Le gouvernement refuse d’assumer une situation qu’il a grandement contribué à créer.Farikou Soumahoro (face au micro) indexe l'annexe fiscale 2021 (Photos Web)

La Fédération nationale des acteurs de commerce de Côte d’Ivoire (Fenacci) a désigné le responsable de la hausse généralisée des prix des produits de première nécessité : le gouvernement.

La fédération des commerçants a révélé, lors d’une conférence de presse tenue, hier vendredi 23 juillet 2021 à la mairie d’Adjamé, que dans l’annexe fiscale 2021, la Taxe sur la valeur ajoutée (Tva) sur des produits comme le riz de luxe et la viande importée connaissent une hausse importante. Le ministre Souleymane Diarrassouba minimise la hausse des prix

La hausse sur la Tva est de 9% pour le riz de luxe et la viande congelée importée. Produit de grande consommation, surtout pour les ménages les plus démunis du pays. Par ailleurs, il est appliqué, selon le président de la Fenacci, le député-maire Farikou Soumahoro, une taxe compensatoire de 1.000 francs Cfa par kilogramme de viande de volaille importée.

Les commerçants de ces secteurs clés de l’économie ont alors été obligés d’ajuster leurs prix pour ne pas compromettre leur activité en vendant à perte. Et tout logiquement, une augmentation des taxes sur la viande et la volaille importées impacte fatalement le prix de vente de ses sources essentielles de protéine animale. Et ce sont les populations qui trinquent.La viande de toutes origines est devenue inaccessible pour les ménages

Dans sa conférence de presse du dimanche 18 juillet 2021 à son cabinet de la Caisse de stabilisation, le ministre du Commerce et de l’Industrie, Souleymane Diarrassouba a minimisé cette hausse des prix, affirmant, au grand dam des ménages, que c’est un phénomène marginal, largement maîtrisé par le gouvernement. Il a accusé les réseaux sociaux d’exagérer les prix qui sont loin de refléter la vérité.

Et pourtant, la réalité est têtue. Le coût de la vie est aujourd’hui difficilement supportable pour la quasi-totalité des ménages en Côte d'Ivoire.Les marchés, toujours aussi fournis, malgré les coûts exorbitants pratiqués

Ce qui apparaît clairement, c’est que le gouvernement qui a tout le mal du monde à combler le déficit budgétaire de près de 2.000 milliards de francs Cfa, ne peut pas se payer le luxe de remettre en cause, une source de revenus constituée par les nouvelles taxes sur la Tva et autres taxes compensatoires. Autant dire que les ménages devront s’armer de courage pour affronter ces nouveaux prix, en serrant les dents. Sur le chapitre de la révision éventuelles des taxes, il faut être réaliste et se dire que le gouvernement est très limité dans ses actions. A moins que le problème ne soit abordé à l’envers : la réduction des dépenses non-essentielles de l’État.

Théodore Sinzé

 

Content created and supplied by: ThéodoreKoffiSinzé (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires