Sign in
Download Opera News App

 

 

Voici quelques raisons qui expliquent le retard de l'Afrique dans le développement.

La majorité des progrès réalisés sur le continent peuvent être attribués à la croissance économique stable de la région et aux stratégies de réduction de la pauvreté mises en place. L’Éthiopie est un bon exemple de l’impact que peuvent avoir, sur la pauvreté, des politiques délibérées et concertées s’appuyant sur la croissance économique.  

En 2011, le taux de pauvreté en Éthiopie était passé de 44% à 30% et ce en dix ans à peine, principalement grâce à une croissance agricole. Les autorités éthiopiennes ont créé l’Agence pour les transformations agricoles et ont engagé des personnes hautement qualifiées, susceptibles de résoudre les problèmes entravant la modernisation du secteur agricole. Comme l’a expliqué à Afrique Renouveau Haddis Tadesse, le représentant en Éthiopie de la Fondation Bill & Melinda Gates, le pays « consacre chaque année 10 à 17% de son budget à l’agriculture.» 

Si l’Afrique subsaharienne a connu, au cours des vingt dernières années, un développement économique remarquable qui a contribué à réduire la pauvreté, les niveaux de croissance n’ont pas été suffisants pour générer une transformation structurelle de son économie, comme n’ont cessé de l’affirmer les rapports d’évaluation périodiques sur la réalisation des OMD. Bien que le chômage soit demeuré au même niveau en 2012, autour de 7,5%, ce chiffre ne reflète pas, selon l’Organisation internationale du travail, le fait qu’une part importante de travailleurs (77%) ne détient qu’un emploi précaire ou ne survit qu’en pratiquant une agriculture de subsistance.    

Si, dans une majorité de pays, de modestes progrès ont été constatés, la pauvreté s’est accrue au Kenya et au Nigéria de même qu’en République centrafricaine, en Mauritanie et en Zambie. 

Le fait que le Nigéria et le Kenya, dont les économies sont relativement performantes, se retrouvent parmi les pays ayant obtenu les moins bons résultats en matière de réduction de la pauvreté, prouve bien que les enjeux auxquels sont confrontés nombre de pays africains sont de taille. La croissance démographique, les prix instables des matières premières, les catastrophes naturelles, dont les sécheresses qui détruisent les récoltes et sont à l’origine de conflits persistants qui provoquent des déplacements de population massifs, figurent selon le rapport parmi les principales causes du retard pris par l’Afrique.  

Content created and supplied by: Bmcdm (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires