Sign in
Download Opera News App

 

 

Voici comment les paysans contribuent involontairement à la désertification

Un nouveau phénomène de désertification bat son plein dans la région du HAUT SASSANDRA. Des éleveurs de moutons et de bœufs coupent des tonnes de branches à feuilles pour leurs betes chaque jour dans les plantations de café ou de cacao. Pour un chargement de plus de quatre sacs , le paysan recoit 500 francs. Le chargement d'une Peugeot bâchée vaut 2000 francs. Mr Sidiki Seydou vendeur de ces branches sur la place de la grande mosquée, clarifie le mécanisme en ces mots:" Nous donnons 500 francs ou 2000 francs aux paysans pour couper autant de chargements de feuilles que nous voulons. .Si les feuilles jaunissement, les moutons ne mangent plus. ", a-t-il fait savoir à la presse, le 24 avril passé. Dans ce commerce de feuilles'' à moutons'' un tas de quatre branches reliées . est vendu à 100 francs . Sidiki Seydou précise qu'il peut vendre un chargement à 6000 francs. :" Nous vendons un chargement de pousse-pousse à 8000 francs", a-t-il ajouté. Pour bâtir une économie moderne, performante et compétitive, source de progrès social, on n'a pas besoin de détruire la forêt. Le désert avance dangereusement , il faut prendre des dispositions adequates.

Content created and supplied by: DOUHOJACQUES (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires