Sign in
Download Opera News App

 

 

Développement de la filière oléagineuse : l’AIFO Uemoa-Cedeao dévoile son plan stratégique à l’occasion de ses 20 ans

Le jeudi 25 novembre 2021, l’Association des industriels de la filière oléagineuse de l’Uemoa et de la Cedeao (AIFO Uemoa-Cedeao), a célébré son 20ème anniversaire. C’était à l’hôtel Pullman, à Abidjan-Plateau. A l’occasion, l’AIFO Uemoa-Cedeao a dévoilé son plan stratégique 2021-2025.

 

"La filière oléagineuse ouest-africaine face à l’impact de la Covid-19 sur l’économie mondiale : défis, perspectives, stratégies gagnantes et mesures d’accompagnement", tel est le thème autour duquel a été organisée la conférence-débat qui a accompagnée cette célébration. Ce, en présence des membres de l'AIFO venus du Togo, du Bénin, du Burkina Faso et de la Côte d’Ivoire. Mais également, de représentants des ministres du Commerce et de l’Industrie, du Budget et du Portefeuille de l’Etat, ainsi que de l’Economie et des Finances.

Parlant de la crise sanitaire liée à la Covid-19, Christophe Koreki, président du Bureau exécutif de l’AFIO Uemoa-Cedeao par ailleurs Directeur général de PALMCI, a fait savoir qu’elle n’a pas épargné la filière oléagineuse, partant les industriels. "Il est important pour l’AIFO de recentrer ses enjeux stratégiques pour les adapter aux nouveaux défis", a-t-il déclaré. Car, à l’en croire, cette crise dévoile une menace manifeste qui pèse sur la sécurité alimentaire des pays de la zone Uemoa-Cedeao. Toute chose qui s’explique par la dépendance aux importations des pays de la zone.

Devant cet état des lieux, la célébration des 20 ans de cette organisation professionnelle placée à juste titre sous le seau du renouveau, a été marquée par la présentation du plan stratégique 2021-2025 de l’AIFO. Quatre axes majeurs meublent ce plan pluriannuel. Il s’agit notamment de rendre effective la décision d’étendre la portée de l’AIFO à l’ensemble des acteurs de la filière oléagineuse des Etats de la Cedeao, développer la coopération entre les sociétés industrielles de la zone en matière de politiques, de programmes, de projets d’équipement et renforcer l’intégration commerciale régionale. Egalement, mobiliser des ressources afin de rendre plus forte l’AIFO pour plus d’efficacité et rendre plus visibles ses actions et améliorer la politique de représentation aux côtés des institutions, de ses partenaires et de ses membres.

"Au regard de ces enjeux, la filière doit réaliser une transformation systémique en vue d’améliorer ses performances économiques, sociales et environnementales", a fait remarquer Michel Malan, Conseiller technique, représentant le ministre du Commerce et de l’Industrie, Souleymane Diarrassouba. Non sans souligner qu’avec la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) en application, depuis janvier 2020, qui entraînera l’élimination progressive des droits de douanes, il est essentiel que les filières à fort potentiel telle que la filière oléagineuse maintiennent leur bonne structuration pour profiter pleinement des opportunités qu’offre la zone. Se réjouissant de cette rencontre qui a consacré la réflexion sur l’amélioration de la compétitivité des entreprises et la redynamisation du développement de la chaîne de valeur des filières agricoles qui composent l’AIFO, le Conseiller technique du ministre Souleymane Diarrassouba a rassuré les industriels du soutien de l’Etat.

Michel Malan a également fait savoir que, selon des données de 2017, la filière palmier à huile, à elle seule, fait vivre directement ou indirectement 2 millions de personnes en Côte d’Ivoire. Ce qui représente environ 10% de la population nationale. Aussi, ladite filière exporte 45% de sa production. Soit 2% du PIB du pays. Toute chose pour laquelle il a exhorté l’AIFO à réaliser des investissements dans la valorisation du large éventail de produits dont regorge la filière oléagineuse, qui occupe une place de choix dans les économies ouest-africaines.

Comme l’a indiqué Christophe Koreki, président du Bureau exécutif de l’AIFO, l’organisation devra relever de grands défis qui s’inscrivent dans l’objectif d’un développement durable de la filière oléagineuse dans la sous-région.

JM TONGA

Content created and supplied by: JMTONGA (via Opera News )

cedeao covid-19 filière oléagineuse

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires