Sign in
Download Opera News App

 

 

Côte d'Ivoire: les syndicats aussi doivent être financés sur le Budget de l'Etat

Dernièrement à la fête du travail, il a été annoncé que les centrales syndicales actives avaient reçu du président de la République la somme de 800 millions de francs CFA. Cela a été interprété diversement par les observateurs de la vie politique du pays. Est-ce un don? Est-ce un droit qui a été simplement respecté? Nous avons bouquiné et avons découvert sur le site du Conseil national du dialogue social (CNDS) www.cndsci.org ce qui suit:

" Dans la mesure où les pouvoirs publics ont une obligation d’encadrement et d’accompagnement de ces associations privées d’utilité publique, l’Etat a un droit de regard sur le monde syndical sans toutefois s’ingérer dans leur organisation et dans leur fonctionnement, à savoir : la désignation de leurs dirigeants et la gestion au quotidien de leurs activités. Cependant, il lui revient comme corolaire du droit de regard, de contribuer au financement annuel de leurs activités sur le Budget Général de l’Etat au même titre que les partis politiques, conformément à leur audience et à leur degré d’implication dans la vie sociale du pays. Les organisations syndicales et les faitières qu’elles forment, constituent des forces d’actions et bien souvent le prolongement de l’action politique. De ce qui précède, il s’impose à l’Etat d’avoir des interlocuteurs crédibles avec lesquels il engage, leur participation à la vie publique. C’est pourquoi, il a été sollicité et obtenu du Gouvernement, le financement des élections professionnelles démocratiques afin de mesurer l’audience au plan sectoriel, régional et national des organisations syndicales et centrales de travailleurs pour résoudre définitivement dans la limite de la durée des mandats, l’épineuse question de la représentativité". Dès lors, chacun se fera sa propre opinion.

Content created and supplied by: yakouser (via Opera News )

Etat

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires