Sign in
Download Opera News App

 

 

Vie chère: les propositions de Farikou Soumahoro et des commerçants de Côte d’Ivoire au gouvernement

Le coût élevé de la vie est l’un des sujets qui pour une fois a fait l’unanimité au sein de l’opinion nationale et qui est parvenu un tant soit peu à reléguer la politique, sujet de prédilection de débat, au second rang. Cette situation qui préoccupe au haut point l’Etat ivoirien a d’ailleurs été à la base de la conférence de presse animée le 18 juillet dernier à son Cabinet par le ministre du commerce et de l’industrie, Souleymane Diarrassouba. « Face au cri de cœur de la population auquel le Gouvernement est sensible, il était donc important pour le département dont j’ai la charge de rencontrer la presse pour informer les populations sur la réalité de la situation » avait annoncé le ministre situant le contexte de la rencontre.

        Et cette réalité qui a été reconnue par le ministre est que la hausse généralisée des prix est réelle même si « les augmentations constatées » tempère Souleymane Diarrassouba « ne sont ne sont pas spécifiques à la Côte d’Ivoire ». Il a expliqué que « partout dans le monde, avec la reprise économique caractérisée par une reprise de la demande beaucoup plus forte que prévue, après une année 2020 marquée par la pandémie à coronavirus, et les tensions sur les matières premières, l’inflation reprend de la vigueur ».

Dans un tel contexte comment parer au plus pressé en soulageant les ivoiriens ? En plus du renforcement du contrôle des prix sur le marché, le ministre espère que « les échanges avec les différents acteurs permettront de trouver des solutions durables qui n’obèrent pas le pouvoir d’achat des populations » et le cas échéant « des mesures d’encadrement des prix » n’étaient pas à écarter.

Après cette sortie du représentant du gouvernement, la Fédération Nationale des Acteurs de Commerce de Côte d’Ivoire (FENACCI) à son tour a donné de la voix hier vendredi 23 juillet 2021 à Adjamé pour donner les raisons qui selon elle sont à la base de cette inflation et faire des propositions.

Pour Soumahoro Farikou qui préside aux destinées de cette faîtière des commerçants de Côte d’Ivoire, l’une des causes de cette hausse des prix des denrées de première nécessité est imputable à la revue à la hausse de la taxe sur la valeur ajoutée pratiquée par les services du fisc sur « le riz de luxe et la viande importée ». Pour lui, « le taux de 9% de TVA sur le riz de luxe a entrainé une augmentation des prix de cette denrée » tout naturellement pourrait-on dire. Poursuivant dans son explication, il a indiqué que « ce même taux de 9% sur les viandes importées qui sont des produits de grande consommation a généré également une flambée des prix de ces viandes destinées à des populations à revenus faibles, sans oublier la taxe compensatoire de 1000 FVFA qui est prélevée sur le kilo de la volaille importée ». 

Il est donc clair pour les commerçants de Côte d’Ivoire que la pression fiscale que supporte certaines denrées a eu un effet boomerang sur le coût de revient des produits aux populations.

Cette faîtière a ensuite fait des propositions à l’Etat de Côte d’Ivoire pour soulager très rapidement les populations. Il s’agit de la mise en place d’une commission nationale chargée de la cherté de la vie. Mais vu l’urgence, les missions qui pourraient dévolues à cette commission peuvent déjà être confiées au Conseil National de Lutte contre la Vie Chère qui existe déjà même si de nécessaires réglages reste à opérer pour redynamiser cet organe.

Les commerçants de Côte d’Ivoire préconisent également une grande campagne de sensibilisation des acteurs du commerce au strict respect des prix des produits non impactés. La FENACCI propose en outre des rencontres avec les associations de consommateurs pour « une synergie d’action ». La dernière proposition de Farikou Soumahoro et des commerçants de Côte d’Ivoire est une requête à l’Etat de Côte d’Ivoire afin qu’il consente quelques allègements fiscaux a travers la réduction de certaines taxes.

Content created and supplied by: SGB78 (via Opera News )

côte ivoire souleymane diarrassouba

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires