Sign in
Download Opera News App

 

 

Audits des sociétés d'Etat : Ouattara sous pression des partenaires extérieurs ?

C'est le branle-bas dans les services de l'administration publique Ivoirienne, depuis quelques semaines. 43 sociétés d'états parmi les plus lucratives en cours d'audition, et déjà des têtes qui tombent.

Yapi Ange Désiré, à La Nouvelle Pharmacie de la Santé Publique (NPSP), Ouattara Youssouf, de l'Agence de gestion et de développement des infrastructures industrielles (AGEDI), Bilé Diemeleou de l'Autorité de régulation des télécommunications/Tic de Côte d'Ivoire (ARTCI), Coulibaly Lamine à l'Agence de gestion foncière (AGEF)...ces directeurs généraux, tous relevés de leurs fonctions, ont déjà fait les frais de cette vaste opération d'assainissement dans l'administration publique.

L'ère de la complaisance dans la gestion des services publics, est-t-elle révolue en Côte d'Ivoire ? Certes, ces mesures sont salutaires, mais la question de leur motivation intrigue. Pour les observateurs de la vie politique Ivoirienne, une opération d'une telle envergure, est plutôt inhabituelle.

À en croire qu'elle pourrait avoir été suscitée par des pressions extérieures provenant des partenaires bilatéraux de la Côte d’Ivoire. Selon l'agence Ecofin, le stock de la dette Ivoirienne, atteignait les 14.560 milliards de FCFA à la fin 2020, pour 41.7% du PIB.

Par ailleurs, relève l'Agence Ecofin, "La Côte d'Ivoire fait partie d'un trio de pays comprenant le Bangladesh et la Roumanie, qui selon l'Institute of International Finance (IIF), a le plus tiré la dette des pays dits frontières, la portant en 2020 à 3000 milliards de dollars".

Ce niveau d'endettement jugé surélevé par certains observateurs, serait-t-il à l'origine de cette opération pour le moins révolutionnaire dans la gouvernance publique en Côte d'Ivoire ?

Jusqu'en Septembre 2021, les résultats de ces audits devraient être connus.

Raoul Mobio 

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

yapi ange désiré

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires