Sign in
Download Opera News App

 

 

L'INS fait le bilan définitif de l'économie ivoirienne


La Côte d'Ivoire fait figure de puissance économique sous régionale, contribuant à plus du tiers du PIB (estimé à 58,8 Mds USD en 2019 suite au rebasage) de l'UEMOA et 60% de ses exportations agricoles. Sa population est estimée à 25,6 millions d'habitants (soit 21% de la population totale de l’UEMOA) dont 4,5 millions d’étrangers. Placée depuis 2012 sur un sentier de croissance soutenue de l’ordre de 8% par an en moyenne, son déficit en infrastructures récents travaux de rebasage des comptes nationaux, en passant de 1996 à 2015 comme nouvelle année de base, l'a conduit à une réévaluation du PIB de la Côte d’Ivoire de 38,2% et une confirmation du dynamisme de l’économie ivoirienne avec une croissance moyenne de 7% sur la période 2015-2018. Le pays maintient son rang de 1er producteur mondial de cacao (plus de 40% de part de marché) et est même devenu en l’espace de quelques années le 1er producteur mondial d’anacarde (autour de 20% de la production mondiale). Mais son secteur agricole ne représente plus que 22% du PIB. Le secteur secondaire qui compte aujourd'hui près de 23% du PIB, ce concerne principalement le raffinage de pétrole, l’énergie, l’agro-alimentaire et le BTP . Enfin, le secteur tertiaire, prépondérant à environ 55% du PIB dominé par les télécommunications, les transports (portuaire et aérien), la distribution et les activités financières. La performance et la résilience de l’économie ivoirienne reposent également sur la stabilité monétaire que lui confère son appartenance à l’UEMOA et qui se traduit notamment par une inflation faible (0,8% en 2019 et projetée à 1,2% en 2020).

En 2019, bien qu’en léger ralentissement, la croissance s’est établie à 6,9%, grâce au dynamisme de l’industrie extractive, de l’industrie agro-alimentaire, de la construction, du transport et de l'agriculture agricole.

En raison du rebasage du PIB, il apparait que le pays respectait déjà dès 2018 le plafond communautaire d’un déficit budgétaire de 3% du PIB. En effet, le solde budgétaire global est estimé à -2,9% du PIB en 2018 et -2,3% du PIB en 2019, contre -3,3% du PIB en 2017. Toutefois, cette opération a mécaniquement entrainé à la baisse le taux de pression fiscale à 12% du PIB sur la période 2017-2019 (contre 15% auparavant), très en deçà de l’objectif communautaire de 20%.

Content created and supplied by: Edi_doffou (via Opera News )

côte d'ivoire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires