Sign in
Download Opera News App

 

 

L'émergence, une vision d'Henri Konan Bédié ? Ce qui retarde la réalisation du rêve en Côte d'Ivoire


10 ans après l'accession au pouvoir d’Alassane Ouattara, le rêve de l’émergence, vendu aux Ivoiriens, a visiblement laissé place au doute. L’environnement sociopolitique est précaire. 

Le coût élevé de la vie, fait grogner, l’endettement a atteint des proportions impossibles à occulter. Le transfert effectif de la capitale vers Yamoussoukro, tarde à se matérialiser. Et les solutions concrètes aux problèmes des citoyens, se font attendre. 

Bien que des infrastructures structurantes dans divers domaines aient été réalisées, telles que les voies routières, certaines universités publiques ou des bâtiments d’école primaire, les problèmes de fond, demeurent. 

Sauf qu’avant l’actuel chef d’état, son prédécesseur et ancien allié, Henri Konan Bédié ( 1993- 1999) avait été l’initiateur du programme PPTE pour le compte de son pays, dont l’aboutissement devait permettre à la Côte d’ivoire d’atteindre le cap de l’émergence à l’horizon 2015, en même temps des pays tels que l'Afrique du Sud ou l’Île Maurice. 

Le programme PPTE auquel 31 pays Africains, ont été jugés éligibles, attestait de la viabilité de l’économie Ivoirienne, privilégiée en même temps que 31 autres pays du continent. La Côte d’ivoire sortait alors d’une décennie d’austérité corsée par l’application rigoriste du Programme d’Ajustement Structurel (PAS), par le premier ministre d'Houphouet-Boigny, Alassane Ouattara. 

Économiste de carrière, Henri Konan Bédié, dont la dextérité technique, avait permis de créer un environnement favorable pour ‘'le miracle Ivoirien’’ au début des années 1970, venait une fois de plus de redresser les fondamentaux de l’économie de son pays, voire de lancer un ambitieux programme de modernisation, contenu dans les 12 chantiers de l’Éléphant d’Afrique. 

Malgré des irrégularités observées dans la gestion des fonds publics de développement, résultant d’une incompatibilité entre les prescriptions des bailleurs de fonds, et les priorités des autorités Ivoiriennes, mieux enquises des réalités des populations, les financements nécessaires avaient été bouclés pour la mise en œuvre effective du programme. Tous ces efforts ont malheureusement été sapés par l’instabilité chronique qui a suivi le coup d’état de Décembre 1999. 

Depuis, la Côte d’ivoire patauge dans sa volonté de relever le défi de l’émergence, en dépit d’une situation sociopolitique relativement apaisée. Bien que le pays ait finalement atteint le point d’achèvement du programme PPTE en 2012, avec son corollaire d'avantages significatifs liés notamment à une annulation multiforme de 2.500 milliards FCFA de dette extérieure, à la relance des prêts d’investissements et au retour encouragé des investissements directs étrangers (IDE), la croissance à deux chiffres du pays, continue de se consolider sur un endettement massif. 

En Juillet 2020, le stock de la dette extérieure était estimé à plus de 13 mille milliards FCFA Les réformes engagées par le gouvernement en matière d’amélioration du climat des affaires et d’investissements dans des secteurs clés, tels que la santé et l’éducation, restent tout de même, fauchés par un niveau de gouvernance encore critique. 

L’émergence tant rêvée depuis plus de deux décennies pourra-t-elle enfin voir le jour dans les prochaines années ? Les autorités actuelles y travaillent…mais, les fondamentaux avaient été posés plus de 20 ans en arrière. 

Sources: Jean Charles TIEMELE

Economiste Financier

Lundi 16 Avril 2012

La Dépêche d'Abidjan

Programme d'étude "Afrique Émergente", Centre de développement OCDE, Version finale, Juin 1999.

FMI/Initiative PPTE-Dispositif actuel et possibilités de changement. Rapport établi par les services du FMI et de la Banque Mondiale.

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

alassane ouattara côte d'ivoire d'henri konan bédié l'émergence

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires