Sign in
Download Opera News App

 

 

Fraternité Matin : 200 millions prélevés aux travailleurs et non reversés à la CNPS

Le feuilleton de Fraternité Matin continue. Au cours des discussions à l’inspection du travail et des lois sociales d’Adjamé, les syndicats des travailleurs ont découvert l’ampleur de la mauvaise gestion dont sont coupables les responsables sociaux de l’entreprise.

La braise est encore incandescente

La "Maison verte" encore en plein dans la tourmente

Depuis plusieurs mois, les travailleurs de Fraternité Matin, le média pro-gouvernemental ne perçoivent plus d’allocations familiales. C’est la conséquence des prélèvements sur salaire non reversés à la Caisse Nationale de prévoyance sociale (Cnps). C’est au cours des discussions à l’inspection du travail et des lois sociales, le 26 avril 2021 que les syndicats ont compris pourquoi depuis le 4e semestre 2017 à ce jour, les travailleurs qui y ont droit ne perçoivent plus un copeck au titre des allocations familiales.

La direction de l’entreprise (directeur général, directeur général adjoint et DAf) est passée aux aveux au cours de cette rencontre de conciliation visant à désamorcer la crise qui secoue l’entreprise d’Etat depuis plusieurs jours. La direction a reconnu en effet que c’est la bagatelle de 200 millions de francs CFA prélevés aux travailleurs qui n’ont pas été reversés à la caisse de couverture sociale. Bien qu’élever, les travailleurs considèrent que le montant avoué a été sous-évalué. Aussi, ont-ils convoqué ces responsables sociaux de l’entreprise à la Cnps ce mercredi 05 mai 2021, en vue d’une confrontation avec les chiffres inscrits au dossier de Fraternité Matin.

Un "trou" de 200 millions

L'eau est dans le gaz entre Venance Konan et les travailleurs

Comment cet autre trou a été creusé ? Dans le cadre de la restructuration de l’entreprise de presse en 2018, l’Etat de Côte d’Ivoire a épongé la dette de Fraternité Matin auprès de la Cnps d’Adjamé. Dette constituée justement de prélèvements sur salaires et non reversés à la Cnps. Cette dette épongée par le gouvernement était d’un montant de Un milliards 600 millions et couvre la période 2011 au 31 décembre 2019.

Dès le 01 janvier 2020 jusqu’à ce jour, la pratique des prélèvements non-reversés est revenue en force. Et tout logiquement, la dette envers la Cnps a été reconstituée.

La maison verte tangue toujours !

A fraternité Matin, on craint un nouveau licenciement collectif

Notons que l’ensemble des syndicats de l’entreprise de presse pro-gouvernementale a déposé un préavis de grève de 72 heures sur le bureau du directeur général, Venance Konan, le mercredi 21 avril 2021. Ce préavis de grève était soutenu par 24 points de revendication, dont la démission du directeur général et de son adjoint, le paiement immédiat des allocations et la régularisation de certains travailleurs licenciés en 2018 dans le cadre du licenciement collectif pour cause économique et que la direction de l’entreprise a fait revenir et placer subrepticement  sous le statut de travailleurs temporaire !

La grève était prévue pour le 29 avril. L’intervention de l’inspection du travail et des lois sociale a obtenu sa suspension par les cinq syndicats de l’entreprise. Mais pour combien de temps encore, vu que les nombreuses dysfonctionnements et la gestion approximative dénoncés demeurent.

Théodore Sinzé

Content created and supplied by: ThéodoreKoffiSinzé (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires