Sign in
Download Opera News App

 

 

Opération mains propres en Côte d’Ivoire : ce dossier qui a alerté la Présidence (Ivoir'Hebdo)

Selon le journal d’investigation Ivoir’Hebdo qui a consacré une enquête spéciale sur le sujet, dans sa livraison de cette semaine, l’opération Mains propres en Côte d’Ivoire, née de la volonté du Président Alassane Ouattara, d’assainir les finances publiques ; a été déclenchée après une alerte du Groupe d’action financière internationale (GAFI).

C’est dans un dossier de l’Agence nationale du service universel des télécommunications-TIC (ANSUT) dirigée par Jean Euloge Soro-Kipeya (en poste depuis 2013) et dont le Président du conseil d’administration (PCA) est Koné Lassina (nommé en même temps que son DG), que la puce a été mise à l’oreille de la Présidence, par de grandes oreilles du Groupe d’action financière international (GAFI), à en croire le journal d'investigation Ivoir'Hebdo.

Le journal souligne que le GAFI est "un organisme intergouvernemental de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme, regroupant deux organisations régionales et 37 pays, dont les pays du G8, à savoir l’Allemagne, la Chine, les Etats-Unis, la France, etc.), qui compte comme observateurs, le Fonds monétaire international (FMI), la Banque mondiale ou encore Interpol".

Le journal d'investigation souligne qu'"à ces alertes du GAFI, s’ajoutent des rapports du Groupe intergouvernemental d’action contre le blanchiment d’argent en Afrique de l’Ouest (GIABA auquel la Côte d’Ivoire appartient).

"Les alertes tombent opportunément, d’autant qu’un rapport du ministère auprès du Premier ministre, chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat, sur la situation de l’endettement des entreprises publiques, indique que l’ANSUT est une entreprise à risques", précise le journal qui a publié plusieurs documents pour accompagner son investigation.

Notons que depuis le 25 juin 2021, la Côte d'Ivoire est secouée par un vent d'audits tous azimuts d'entreprises publiques ou à capitaux publics.

"Suite à des investigations préliminaires sur la gouvernance de certaines structures de l’Etat, il a été décidé de diligenter des audits. Sur la base des conclusions des premières investigations et dans l’attente des résultats de ces audites, certains responsables de structures font l’objet de suspension à titre conservatoire", avait indiqué un communiqué de la Primature, abondamment relayée dans la presse ivoirienne.

A ce jour, le directeur général de l'’Agence de gestion foncière (AGEF), M. Coulibaly Lamine et l'un de ses directeurs ont été mis aux arrêts. Deux directeurs centraux de la Nouvelle pharmacie de la santé publique (NPSP), ainsi que le directeur général de cette structure, Monsieur Yapi Ange Désiré ; ont été suspendus.

Idem pour le directeur général de l’Agence de gestion et de développement des infrastructures industrielles (AGEDI), et le directeur général de l’Autorité de régulation des télécommunications/TIC de Côte d’Ivoire (ARTCI).

Content created and supplied by: Ivoir'Soir.net (via Opera News )

alassane ouattara

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires