Sign in
Download Opera News App

 

 

Fraternité Matin : y a problème, les travailleurs remontés contre la direction générale !

Une centaine de travailleurs du groupe Fraternité Matin a assisté, ce jeudi 15 avril 2021, à l’assemblée générale tenue par les quatre syndicats du quotidien gouvernemental. A l’ordre du jour : la survie de la société et leur bien-être social.

Les syndicats ont partagé leur inquiétude face à la gestion de l’entreprise par la direction générale. Il ressort du compte rendu des échanges que plusieurs manquement graves ont été constatés. Le directeur général adjoint, Abdel Serge Olivier Nouho, a été au centre des échanges. En poste depuis mai 2018, il est en charge de la gestion administrative et financière de l’entreprise. Deux ans après le plan social, les syndicats réclament un bilan. Par ailleurs, ils ont constaté qu’il n’y a quasiment pas de changement au niveau de la masse salariale, malgré le licenciement de 158 employés (150 millions en 2018 pour 125 millions en 2021). Des arriérés de cotisation à la Caisse nationale de prévoyance sociale ( CNPS ), à la couverture maladie universelle (CMU), le manque de médicaments à l’infirmerie, pas de bilan de santé pour le personnel depuis quatre ans sont, entre autres, les griefs mis en exergue à cette rencontre. Tout cela ne rassure pas les travailleurs, surtout qu’ils constatent la faible activité de travaux à l’imprimerie. En clair, l’entreprise dépense beaucoup et gagne peu.

Par conséquent sous peu, les syndicats adresseront une requête à la direction générale. Ils espèrent également connaître les résultats des audits effectués en 2020. Le directeur général Venance Konan, en effet, avait demandé un audit de la direction commercial et marketing en février 2020. Le rapport produit au directeur général avait souligné des irrégularités et révélé des fraudes dans la direction susmentionnée. Au mois de mai 2020, deux cabinets d’audit furent assermentés par la direction générale du Portefeuille de l’Etat pour un audit stratégique, opérationnel, financier et de gestion de la Société nationale de presse et d'éditeurs de Côte d'Ivoire (SNPECI), de la période allant de 2017 à 2019. Il ressort du rapport provisoire de cet audit des insuffisances graves à la direction commerciale, des prestations publicitaires non facturées estimées à 459 millions de FCFA, des avis nécrologiques non facturés estimés à 219 millions de FCFA.

Qui plus est, d'autres dysfonctionnements ont été notés à la gestion des achats, à la direction financière et comptable ainsi qu’au contrôle de gestion. Directions et services sous l’autorité de M. Nouho. Le Dg Venance Konan avait soulevé des objections sur la feuille de route donnée par le Conseil d’Administration au DGA, qui mettait sous sa supervision toutes les activités commerciales et financières et les organes de contrôle et de l’audit. Les audits ont relevé les tensions entre le PCA Sangaré Ibrahima Séga et le DG. Le professeur Sangaré est très présent dans la gestion de l'entreprise. Il avait même réintégré le directeur commercial et marketing, Mamadou N’Diaye, après que celui-ci fut suspendu par le DG en 2018. Par ailleurs, le PCA fut désigné gérant d’Edipresse en 2020, sans l’avis ou l’accord de Venance Konan.

L’assemblée générale semble être la première étape. Les travailleurs nous ont confié leur ras-le-bol et ne souhaitent pas vivre de nouveau un plan social. Ils sont conscients de la situation financière et sont prêts à se battre pour la survie de leur entreprise. Et cela passe par un changement à la direction générale.


Franck K

Content created and supplied by: Franck_K (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires