Sign in
Download Opera News App

 

 

Le permis de conduire, un allié incontournable de la route

L'avènement de l'automobile a fortement impacter le processus de développement des différentes nations. Cet avènement a permis de réguler l'usage des véhicules sur la voie publique. Du Sud au nord, d'Ouest à l'Est des peuples, aucun pays n'échappe à la formation en vue d'apprendre les éléments basiques de la conduite des engins motorisés. Cet apprentissage si organisé a pris le nom "d'Auto-école" pour désigner l'Ecole de l'Automobile.

A l'école de l'automobile, les principes énoncés et enseignés ont pour but essentiel de garantir la connaissance et la maîtrise de cette paire : le code de la route et la conduite. L'aptitude à ces deux éléments ne s'obtient que dès l'instant où le moniteur de l'Auto-école en collaboration avec l'inspecteur en la matière a approuvé la capacité du candidat suite à ses performances aux questions posées lors du test de conduite sur une route réglementaire.Cette étape n'est que la suite d'un parcours de formation qui prend en compte un certificat médical d'aptitude à la conduite des prétendants au sésame qui sera délivré.

En Côte d'Ivoire, toutes ces étapes sont prises en compte pour le bonheur de la sécurité routière. Le pays compte plus de deux cent Auto-Ecoles sur l'ensemble du territoire national. La disponibilité de ces établissements en amont de la sécurité routière n'est pas à renier. L'âge minimum pour le permis de conduire est de 18 ans. A cet âge, toute personne ayant validé l'examen du code et de conduite peut être bénéficiaire de ce document administratif l'autorisant à conduire un engin de deux roues à un véhicule personnel.

Malheureusement, des personnes qui n'ont pas encore l'âge minimum d'acquisition de ce sésame, se retrouvent à la direction d'un engin à moteur (certaines motos censées être roulées avec un permis, etc.) avec ou sans la complicité de certains parents et amis. Cette situation n'est pas sans danger pour les usagers.

Certaines personnes disent et soutiennent que la route tue. A l'analyse, ce n'est pas la route qui tue, mais l'imprudence et /ou le manque d'application rigoureuse de la formation des conducteurs qui tuent sur la route. Tout cela se résume en l'incivisme des citoyens.

Au vu de tout ce qui précède, il demeure important pour chacun de savoir que le code de la route renferme plusieurs éléments essentiels à ne point ignorer et/ou négliger. Ils sont d'une utilité majeure pour le bien-être de tous les usagers du transport.

D'abord, il impose la connaissance de la composition de la route. L'usager doit savoir ce que c'est que la route, ses différentes parties, ses points de déviation, de stationnement autorisés ou interdits, ses accotements, une route à accès réglementé, ses lignes médianes, ses lignes de rives. L'usager doit également savoir qu'il y a des espaces sur la route qui sont réservés au passage et/ou à la traversée des piétons. Il doit savoir qu'on ne marque pas un arrêt sur la traversée réservée aux piétons. Le second élément fondamental est le langage de la signalisation routière. Il doit savoir ce que c'est que la signalisation verticale, la signalisation horizontale et la signalisation temporaire.

En même temps, il lui est capital de retenir que, sur la voie publique, il y a des véhicules prioritaires, des priorités, du principe de la courtoisie routière. Ces règles s'apprennent dans les Auto-écoles. C'est pour tout cela qu'elles ont été créées.

Sans connaissance de toutes ces règles, comment est-ce qu'une personne qui n'a pas été dans un centre de formation automobile agréé peut-elle être outillée et permise à assurer la direction d'un engin ? Dans le non respect du code de la route, rien qu'à voir le bilan des accidents, les motocyclistes sont très présents.

Suite au bilan des victimes sur la route, il est plus qu'évident que les autorités se soucient régulièrement de la sécurité routière en cherchant à régler cet épineux problème à la source. Car, résoudre un problème à la source permet d'éviter les mêmes erreurs. Il s'agit pour l'état de sensibiliser au civisme dans tous les déplacements, à la maîtrise de cet art qu'est la conduite. Oui, conduire est un art qu'il faut savoir rendre sans excès de vitesse, sans se laisser emporter par l'émotion ou l'envie d'arriver trop vite avant tout le monde. Ne dit-on pas que "trop pressé arrive tard ?" Ou encore "mieux vaut tard que jamais ?"

La route précède le développement et non l'incivisme. C'est pourquoi, se former et se bien former avec humilité s'impose à tous pour le bonheur de la citoyenneté. Et une bonne formation n'est vérifiable que par le respect du code de la route à travers le bon comportement des conducteurs.

Dans notre enquête, nous avons relevé que des conducteurs prennent des virages à des intersections sans mettre en marche les clignotants, d'autres encore stationnent volontairement et brusquement sans tenir compte des éventuels passants (véhicules qui les suivent).

Les dispositions prises par l'Etat de Côte d'Ivoire dans la reforme du permis de conduire et des sanctions encourues, sont très salutaires. Elles permettent de réduire considérablement les accidents sur la voie publique.

Vivement que chacun soit son propre contrôleur sur la route pour éviter le pire.

Petanlan.

Content created and supplied by: Petanlan (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires