Sign in
Download Opera News App

 

 

L'économie libyenne avant et après le départ de Kadhafi

L’economie libyenne est très peu diversifiée et dépend essentiellement des revenus du secteur pétrolier qui contribue pratiquement à couvrir toutes les recettes d’exportation et environ les trois-quarts du PIB.

L’importance des revenus pétroliers, couplée à la faible population, a fait de la Libye le plus haut PIB par habitant d’Afrique dans les années 2000. Durant cette décennie, la Libye a enregistré des taux de croissance élevé, allant jusqu’à 10,6% en 2010.

Le PIB annuel de la Libye était de 23.149 millions d'euros (2003), 26.526 millions d'euros (2004), 38.048 millions d'euros (2005), 43.774 millions d'euros (2006), 49.391 millions d'euros (2007).

Le PIB par habitant de la Libye était de 4.814 d'euros (2003), 4.814 d'euros (2004), 6.806 d'euros (2005), 7.693 d'euros (2006), 8.545 d'euros (2007).

En 2009, la Mission économique française indiquait qu’ « avec une production de pétrole de 1,7 millions de barils par jour en 2007 et 2008 et une population de 5,8 millions d’habitants, la Libye est un des pays les plus riches d’Afrique (le PIB par habitant aurait atteint 10 200 dollars en 2007) ». Ces bonnes performances économiques ont été confirmées par le Fonds monétaire international (FMI) qui soulignait l’excellente qualité des fondamentaux de l’économie libyenne à la fin des années 2000 avec une croissance du PIB (57,1 milliards de dollars en 2007) de 5,8% en 2007 et estimée à 7,3% en 2008. Cette croissance était en fait due en partie au secteur non pétrolier qui, pour la première fois, selon le FMI, aurait crûe en moyenne de 9,6% en 2007 (5,6% pour le secteur pétrolier).

L'Etat libyen sous Mouammar Kadhafi était un état social, où des biens publics étaient mis à la disposition de la population : l’électricité à usage domestique était gratuite ; l’essence coûtait à peine 10 centimes d’euros le litre, les Libyens ne payaient pratiquement pas d’impôts, la TVA n’existait pas, la dette publique était de 3,3% du PIB. Les voitures, dont la majorité était importée du Japon, de la Corée du Sud, de la Chine et des Etats-Unis, étaient vendues à prix d’usine.

Logements très bon marché, aliments de base subventionnés, éducation et santé garanties, les Libyens ont eu pendant près de quarante ans des conditions de vie exceptionnelles pour le continent africain.

L'IDH (indice de développement humain) était le plus élevé d'Afrique (et le 64e mondial en 2000).

Cette évolutionolution positive a cependant été affectée par la révolte de 2011 et depuis l'économie libyenne est devenue volatile.

Dix ans après la révolution qui a emporté Monsieur Mouammar Kadhafi, l'économie de la Libye est en pleine "dépression" et ses habitants sont très appauvris.

Partout dans ce pays de sept millions d'âmes se détachent les ossatures rouillées d'immenses grues trônant sur les carcasses de bâtiments inachevés envahis par les herbes folles, témoins d'une économie à l'arrêt.

Des centaines de projets, estimés à plusieurs milliards de dollars et lancés au tournant de la décennie 2000-2010 par des mastodontes mondiaux, ont été abandonnés du fait de l'instabilité.

Ces dernières années, l'activité économique en Libye a été l'otage des profondes divisions politiques entre deux autorités rivales, avec au cœur de ce champ de bataille le "croissant pétrolier" entre Tripoli et Benghazi.

Pour le pétrole, << depuis 2011, la Libye a perdu 180 milliards de dollars à cause des milices >>, accusait, en 2017, monsieur Mustafa Sanalla, président de la National Oil Corporation (NOC).

En 2017, le PIB de la Libye s'élevait à 51 milliards de USD, un tiers des Libyens vivraient sous le seuil de pauvreté, l'inflation (IPC) était de 28%, IDH: 0,706, taux de chômage : 17,7%.

En 2013, le PIB du pays était de 70 milliards de USD et le PIB par habitant était de 12.700 USD.

La production a rebondi pour atteindre en décembre 2020 1,2 millions de barils par jour, soit deux fois plus qu'au troisième trimestre 2020. Mais, cela reste en deçà des 1,5 à 1,6 millions de barils par jour d'il y a dix ans.

La majorité des produits de première nécessité ont vu leur prix augmenter de plus de 50% en 2020, le PIB réel de la Libye devrait chuter de 60,3% et le taux de chômage atteindrait les 18% la même année.

La Libye est le premier pays en Afrique au plan des réserves de pétrole (48 milliards de barils d'un brut relativement accessible et peu cher à produire) et de gaz (avec 12,2 milliards de mètres cubes en 2013). Elle est aussi le quatrième plus grand potentiel gazier du continent.

La Libye dispose de réserves de pétrole et de gaz largement sous-exploitées et sous-explorées. Le pays disposerait du cinquième potentiel mondial de gaz de schiste.

Content created and supplied by: Lavieenabondance (via Opera News )

kadhafi libye

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires