Sign in
Download Opera News App

 

 

Quand les photocopies des ouvrages scolaires "tuent" les auteurs, les libraires et les éditeurs

Relativement à la rentrée scolaire 2021-2022, la Ministre de l'Education Nationale et de l'Alphabétisation, Mariatou Koné, a pris certaines mesures visant à assainir l'environnement scolaire. Au nombre de ces mesures, on peut citer l'interdiction de la vente d'ouvrages scolaires au sein des établissements. Si cette décision se justifie amplement, dans la mesure où les librairies sont censées s'occuper de la commercialisation des manuels scolaires et de leur distribution, il importe de décrier le phénomène des contrefaçons des livres au programme dans les écoles.

En effet, des individus véreux, sans foi ni loi, se livrent chaque année scolaire à des pratiques frauduleuses, à travers les photocopies des œuvres étudiées en classe, documents qu'ils n'hésitent pas à brader au premier venu. Ces faussaires de la pire espèce constitués en réseaux bien organisés, s'enrichissent de manière délictuelle, au détriment des auteurs, des libraires et des éditeurs, qu'ils "tuent", sans le moindre scrupule, au vu et au su de tous. Encouragés dans leur forfaiture par des parents ou des élèves préférant acheter à 1000 francs CFA les ouvrages photocopiés au lieu de débourser entre 2500 et 3000 francs CFA pour les livres originaux, ces "tueurs des œuvres de l'esprit" continuent leur sale et condamnable besogne, sans être vraiment inquiétés.

Et pourtant, la contrefaçon est un délit passible de poursuites judiciaires, pouvant aller jusqu'à l'emprisonnement. Cette infraction est d'autant plus révoltante qu'elle est commise dans le milieu scolaire, qui est censé favoriser la transmission des valeurs et vertus aux élèves appelés à être les citoyens de demain. Quel est le message qu'on leur passe, à travers des livres photocopiés? Qu'est-ce qu'on leur enseigne, en foulant aux pieds des œuvres originales d'auteurs ayant passé des nuits blanches pour les produire, au profit des documents illégaux, alimentés par un système de fraude à ciel ouvert? Voudrait-on former des citoyens faussaires à la moralité douteuse et corrompus à souhait?

Face à la gravité et à l'urgence de la situation, il importe que la tolérance zéro soit accordée au honteux phénomène de vente des manuels scolaires photocopiés frauduleux, en sanctionnant lourdement les commanditaires (vendeurs) et leurs complices (acheteurs). A cet effet, la Ministre Mariatou devra prendre un arrêté en vue d'interdire formellement au sein des établissements tout manuel scolaire non-original, tout en prenant soin d'engager la responsabilité des contrevenants, qui devront répondre de leurs actes devant les juridictions compétentes.

THE BEST OF THE BEST

Content created and supplied by: thebestofthebest (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires