Sign in
Download Opera News App

 

 

Enseignants contractuels : un véritable calvaire dans l'attente de pécules et matricules

Au terme des deux ans de contrat, les 10300 enseignants contractuels en passe d'être intégrés dans la fonction publique patinent toujours dans une situation pécuniaire qui laisse à désirer. Les pécules sensés à leur servir d'arc-boutant et de victuaille peinent à être donnés en attendant les matricules.


Lundi 14 mars 2022, les jours passent et se ressemblent pour les 10300 enseignants contractuels, toujours en attente du décret présidentiel. Cela dit, ces braves enseignants( instituteurs et professeurs) se voient livrer au supplice de tantale car ils bravent la faim et les multiples soucis pour donner le meilleur d'eux-mêmes de façon sacerdotale. Par ailleurs le matricule, précieux sésame qui devrait leur donner patte blanche pour contracter les avances sur rappels ou (AVR) avec les différentes structures bancaires, traine encore et encore. Pour se faire, cette situation va jusqu'à piquer au vif lesdits enseignants contractuels qui semblent aussi inquiets que désemparés. Ainsi pour la demoiselle S.L.A, institutrice contractuelle dans une école primaire au nord du pays, le malaise est profond:(( Nous enseignons dans des conditions de plus en plus difficile pour cause de moyens financiers qui sous-tendent toutes nos charges, nourriture, loyers, progéniture et diverses factures. Les banques disent attendre les matricules avant de nous soutenir et cela devient de plus en plus pesant pour nous...)). Plus loin, F.M, professeur contractuel dans le grand Ouest ne décolère pas: (( les enseignants contractuels traversent une période difficile en ces moments, ils enseignent avec la faim, la misère, l'humiliation et la mort au talon. Hier dimanche, un des nôtres s'en est allé encore sans pour autant voir son rêve réalisé: la fonction publique)). Aussi, nous avons essayé de joindre des agents de la DRH du ministère de l'éducation et de la fonction, ceux-ci estiment que les dossiers des enseignants contractuels sont en cours de traitement à la fonction publique. Pour l'épineuse question des pécules, ils estiment que cela est du ressort de la patronne du MENA et du gouvernement. Il serait souhaitable que ce dossier des enseignants contractuels soit diligemment traité afin que ceux-ci puissent travailler dans les règles de l'art.

Content created and supplied by: LincolndeBaltazar (via Opera News )

contractuels enseignants matricules véritable

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires