Sign in
Download Opera News App

 

 

Éducation: Retour sur l'écriture mathématique 2kπ et l’expression Caïman des années 80

Quand on demandera à un élève de la génération des années 80 l’implication des expressions « faire 2kπ » et « faire le Caïman », ce sera avec nostalgique qu’il répondra certainement: Ah ! La vraie école de l’époque!

Mais les élèves de la nouvelle époque n’en sauront peut-être pas grand-chose, aussi bien les personnes des autres pays qui sont étrangères à l’ambiance des études au secondaire des années 80 en Côte d'Ivoire.

Faire 2kπ n’a rien avoir, dans son contexte d’énonciation par les élèves de cette époque, avec la mathématique, même si 2kπ est une formule en trigonométrie. Faire 2kπ signifie tout simplement « veiller toute la nuit pour étudier ses leçons » surtout pendant les préparatifs des examens du BEPC et du BAC.

Et «Faire le Caïman » ?

L’expression est à mettre en rapport avec le Lycée Classique d’Abidjan de cette époque dont le slogan d’ailleurs imprimé sur le tee-shirt des tenues d' EPS était « Si tu ne fais pas Caïman, va-t’en ! ». L’expression signifiait apprendre par cœur et dans les moindres détails ses leçons pour en faire le rendu lors des évaluations. Une autre expression équivalente était faire le boileau (boire l’eau comme le Caïman).

Il faut tout de suite le dire, à cette époque, on parlait peu de fraude (appelée aussi à cette époque Pétrole ) pendant les examens scolaires. Les élèves étaient prompts aux recherches.

2kπ, faire le Caïman, le boileau ont à coup sûr contribué à la réussite de plusieurs élèves. Alors que l’on parle de plus en plus du bas niveau des élèves, ne peut-on pas faire 2kπ pour briser le cercle des ces préjugés sur l’incompétence de nos apprenants ?

Constant Ouraga Dali

 

Content created and supplied by: OuragaDConstant (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires