Sign in
Download Opera News App

 

 

Rentrée scolaire 2021-2022 : les parents d’élèves entre stress et craintes

A la veille de la rentrée scolaire 2021-2022, les parents d’élèves sont en proie à une double inquiétude. En effet, au stress habituel suscité par les dépenses liées à l’école de leurs enfants, à savoir les frais d’inscription, de scolarité, de nourriture et éventuellement de transport, s’est ajoutée depuis l’année scolaire écoulée, une inquiétude tirée de la crise sanitaire du coronavirus.

S’agissant du stress causé par les dépenses scolaires, les parents d’élèves, surtout ceux à faible revenu, ne savent pas où donner de la tête. Ce qui est tout de même curieux, quand on sait que la date de la rentrée n’est plus un secret pour personne. En Côte d’Ivoire, celle-ci a régulièrement lieu au mois de septembre. Mais c’est chaque année, qu’on assiste au même scénario de parents sempiternellement surpris par la rentrée scolaire. Et pourtant, elle devrait être planifiée dès la fin de l’année scolaire précédente. « Avec la flambée des prix des marchandises sur le marché et le nombre d’enfants à ma charge, ce n’est pas possible de faire des économies », se défend NL, une jeune commerçante célibataire, qui a accueilli pour ces vacances trois autres enfants venus du village, respectivement de son oncle et de ses deux cousins.

Comme elle, ils sont nombreux, ces parents d’élèves qui, pour une raison ou pour une autre, subissent annuellement le stress de la rentrée scolaire, faute de prévision. A., ouvrier dans une usine de fabrication de biscuits à la zone industrielle de Yopougon, croit avoir trouver une solution dans les prêts bancaires. « J’ai sollicité un prêt bancaire auprès de ma banque pour pouvoir prendre en charge les frais de scolarité de mes quatre enfants. Le remboursement se fera par un prélèvement échelonné sur mon salaire. C’est plus supportable », se convainc-t-il. Face à des parents d’élèves qui, de toute évidence n’ont pas la culture de la planification, ce sont les banques qui s’en frottent les mains. Elles leur proposent des prêts avec des taux de remboursement d'au moins 7%.

Si le financement des frais scolaires peut faire l’objet de prévision, il n’en est pas de même des pandémies. En effet, la situation sanitaire due à la Covid-19 est très préoccupante pour nombre de parents. Elle l’était l’année scolaire écoulée, mais cette année, l’apparition d’une forme plus grave, le variant delta, suscite des craintes. Les données publiées par le gouvernement britannique indiquent que la souche delta est 40 à 60% plus transmissible que le variant alpha (détecté en Angleterre) et presque deux fois plus transmissible que la souche originale du SRAS-COV-2 identifiée à Wuhan, en Chine. Conséquence, le taux de contamination et de décès ne cesse de grimpe. En l’espace de trois jours, du lundi 31 août au mercredi 1er novembre, la Côte d’Ivoire a enregistré 1040 nouveaux cas et 15 décès. Dans la journée d’hier seulement (mercredi), ce sont 12% de cas positifs et 4 décès qui ont été annoncés par le Ministère de la Santé et de l’Hygiène publique. Face à une telle résurgence de la maladie, les parents s’inquiètent pour leurs enfants. Leurs craintes sont encore plus grandes à cause du relâchement généralisé observé dans l’observation des mesures barrières, malgré les recommandations réitérées du gouvernement dans ce sens. D’autant plus que les vaccins, solution la plus efficace, n’est réservée qu’aux personnes âgées d’au moins 18 ans.

C’est donc une rentrée scolaires sources de multiples préoccupations pour les parents qui s’annonce…

Marius K.,Le_Littéraire

Content created and supplied by: Le_Littéraire (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires