Sign in
Download Opera News App

 

 

Menace sur la rentrée universitaire à Daloa : des enseignants et étudiants sur le pied de guerre

Il y a quelques jours seulement, l’Université Jean Lorougnon Guédé de Daloa réalisait 100 % de réussite au Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur (CAMES). Quelques jours après cette belle performance, des enseignants et étudiants de certaines UFR se retrouvent très remontés.

La prochaine rentrée universitaire, prévue pour le 18 octobre prochain, risque d’être fortement perturbée à l’Université de Daloa. Et pour cause, les animateurs des Unités de Formation et de Recherche (UFR) de Sciences Juridiques et Administratives et celle des Sciences Sociales et Humaines (SSH) n’approuvent pas les récentes activités du Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique ; activités visant à retirer progressivement ces unités de formation de l’Université de Daloa.

Selon les témoignages fournis par des enseignants et étudiants de l’institution, pour la rentrée qui est prévue en octobre, ces UFR n’ont reçu aucun affecté sur les 19 620 nouveaux bacheliers orientés dans les universités publiques. « Le bruit courait. Mais les gens ne croyaient pas, en fait. Mais en n'affectant pas d'étudiants dans certaines filières, tout le même a compris que la menace prenait forme (...) Ce que je sais, c'est que les docteurs sont en train de s'organiser à leur niveau », a révélé, au téléphone l'étudiant D. M.

Toujours selon ces témoignages, cette opération menée par le Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique est motivée par son intention de ne faire que la promotion d'une Université à vocation agroforestière et orientée vers le développement durable. « Ils disent qu'ils veulent promouvoir une Université thématique (...) Et actuellement, je peux confirmer qu'aucun bachelier n'a été orienté en droit, ni en histoire, ni en géographie ou encore en sociologie et anthropologie », a renchéri l'un de nos interlocuteurs.

Et pourtant, les enseignants nouvellement promus au grade de Maître-assistant et de Maître de conférences ont encore besoin de poursuivre leurs travaux universitaires, et notamment l'encadrement des étudiants, pour continuer d'évoluer en grade afin d’atteindre, un jour, le rang de Professeur Titulaire. Si l'information a commencé à pourrir l'atmosphère de cette institution, il faut cependant préciser que, pour le moment, aucune décision officielle n'a été rendue publique.

Notons que pour les résultats rendus le vendredi 17 septembre dernier par le CAMES, ce sont au total huit (08) enseignants de l’UFR des Sciences Sociales et Humaines de l’Université de Daloa (01 en Histoire, 03 en sociologie - anthropologie et 04 en géographie) qui sont passés au rang de maîtres de conférences.

Selon l'un des promus, il était question d'envisager l’ouverture, dans leur UFR, d’une école doctorale leur permettant d’encadrer leurs étudiants en thèse afin de continuer à gravir des échelons. Mais tout cela risque d'être perturbé par la grogne qui commence à monter au sein de cette institution. Espérons cependant, qu'au nom de la paix sociale, le Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique reviendra sur sa décision.


Dégnimani Yéo

Content created and supplied by: Dégnimani_Yéo (via Opera News )

daloa

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires