Sign in
Download Opera News App

 

 

Education national: de la nécessité de mettre fin à l'uniformité des coefficients des disciplines

La ministre Mariatou Koné a annoncé la tenue des états généraux de l'école ivoirienne au mois de juillet prochain. L'objectif est à n'en point douter d'entreprendre des réformes en vue de sortir l'école ivoirienne des crises répétées depuis maintenant trois décennies. Plusieurs questions seront abordées au cours de ces assises, mais à la veille de cet évènement crucial pour l'école ivoirienne, les propositions fusent d'un peu partout. Pour nous il faut mettre fin à l'uniformité des coefficients des disciplines au premier cycle de l'enseignement secondaire. De quoi s'agit-il ? Il s'agit du coefficient1 affecté à toutes les disciplines enseignées de la sixième à la troisième.

Notre pays continue d'être malheureusement le réservoir de déchets systémiques ou le champ d'expérimentation de systèmes éducatifs importés qui sont très souvent inadaptés à nos réalités sociologiques. Pour preuve en seulement dix années entre 2011 et 2021 nous avions fait l'expérience d'au moins quatre approches pédagogiques différentes.

Formation Par Compétence, Approche Par Compétence, Approche Par Compétence Recadrée et maintenant le Programme Éducatif Ciblé au primaire qui est une pédagogie additive importée de l'Inde. On a bien l'impression que toutes ces réformes sont conditionnées par les bailleurs de fonds occidentaux et peu importe l'impact que ces systèmes éducatifs ou réformes auront.

Pourquoi changer une méthode qui marche très bien ? Pourquoi avoir uniformisé les coefficients des disciplines au premier cycle ? Selon les initiateurs de cette réforme cela aurait l'avantage de susciter le même engouement des apprenants par rapport à toutes les disciplines enseignées. Car les disciplines à faibles coefficients étaient négligées. Malheureusement le constat est tout autre et le désintérêt pour les matières d'orientation est réel.On a peut-être ignoré que l'élève ne peut pas être fort en sport, en musique, et en art plastique qui sont affectés de coefficient 1, s'il ne sait ni lire ni écrire ni compter puisque les mathématiques, la physique-chimie, l'anglais et le français qui sont les matières d'orientation sont en quelque sorte une sorte de propédeutique comme au moyen-âge dans la formation académique des apprenants.

Aussi, alors que les coefficients ont été uniformisés, on n'arrive pas à s'expliquer pourquoi les enseignants dont les disciplines étaient soit disant négligées à cause du coefficient1, se plaignent eux-aussi du niveau très faible des élèves. En mot on a réformé là où il ne fallait pas ou alors on a déformé. Or la différence de coefficient entre les disciplines par le passé avait cet avantage de susciter une saine émulation chez les apprenants, qui rivalisaient d'ardeur dans ces matières d'orientation. Du coup on pouvait déjà depuis la classe de sixième détecter les talents afin de ne pas biaiser les orientations post BEPC. Certes plusieurs raisons expliquent la tendance baissière vertigineuse du niveau des élèves en Côte d'Ivoire et les états généraux auront l'occasion de rectifier le tir. Mais pour l'heure le retour à la différence de coefficients entre les disciplines s'impose pour une école compétitive. Sinon pourquoi continuer à faire de certaines disciplines des disciplines d'orientation et d'autres non? Si l'on n'y prend garde on risque d'être confronté à un déficit criant d'enseignants dans ces matières. Un tour dans les lycées et collèges pour se rendre compte que les chefs d'établissements font toutes sortes d'acrobaties pour pourvoir des classes en profs de maths et physique chimie. Car vous trouverez des élèves qui disent par exemple '' on a pas besoin d'être fort en mathématiques en physique-chimie en français ou en anglais pour réussir au BEPC ''.

Oubliant que leur orientation après le BEPC dans les différentes filières tient compte des moyennes obtenues dans les matières d'orientation susmentionnées. Vivement que l'on mette fin à cette uniformité des coefficients des disciplines au premier cycle.


De Patrick Olivier Akaffou. Professeur de lycée de philosophie

Content created and supplied by: Olivierakaffou (via Opera News )

mariatou koné

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires