Sign in
Download Opera News App

 

 

Ampleur de la privatisation de l'école : L'éducation est-elle vendue en Côte d'Ivoire ?

L'école, lieu d'apprentissage par excellence, on y forme donc les cadres ; artisans d'une nation ; donc l'avenir d'une nation. Elle est à cet effet supposée être gratuite. 

Cependant, il est constaté de plus en plus que, l'école est en quelque sorte vendues en Côte d'Ivoire. 

En effet, Depuis les indépendances, l'état s'est investi dans l'éducation en construisant des écoles primaires, secondaires, générales et techniques. 

Cependant, la crise économique des années 1980 et l'avènement de programmation d'ajustements structurels ont entraîné une réduction draconienne des financements envers la direction des écoles publiques. 

Toutefois, pour répondre à la demande croissante d'éducation dû a l'insuffisance d'établissements d'accueil du public, l'état décide d'autoriser l'ouverture d'établissements privé sur toute l'étendue du territoire à travers une convention de concession de service publique.

Depuis lors, pour répondre donc à l'à demande croissante d'éducation, les écoles privées n'ont cessé de naître et de croître à travers le pays. Ce qui fait qu'il y a dans certaines localités, plus d'écoles privées que d'écoles d'ecoles publiques. Ainsi, avec cette l'expansion des écoles privées en Côte d'Ivoire, ajouté aux frais annexes imposés aux parents d'élèves et le coût élevé des livres, cahiers et autres articles scolaires, l'éducation semble être vendue dans notre pays. 

Sur ce sujet, le mouvement ivoirien des droits de l'homme (MIDH), dans son dernier rapport, est monté au créneau pour dénoncer l'expansion de la privatisation de l'éducation en Côte d'Ivoire. 

En réalité, c est plus de trois cent mille écoles privées en Côte d'Ivoire qui dispensent les cours parfois très chers, même si l'état paie une partie pour certains élèves du public qu'il affecte dans les privées. 

Toujours selon le rapport du mouvement ivoirien des droits de l'homme (MIDH), l'état de Côte d'Ivoire n'investi plus dans l'éducation comme dans les années 1970 et 1980 ou l'état investissait 5 à 6% du PIB contre 4% aujourd'hui. Cela n'explique-t-il pas la régression de la qualité de notre éducation ? 

Pour rappel, dans le dernier rapport, de PASEC l'école ivoirienne occupe l'avant-dernière place dans la sous-région. En tenant donc compte de tous ces paramètres, ne peut-on pas dire que l'éducation est vendue dans notre pays ?

Qu'en pensez-vous ?

Quelles sont vos impressions sur ce sujet et le rapport du mouvement ivoirien des droits de l'homme (MIDH)?

Content created and supplied by: Papsntidiane (via Opera News )

Côte d'Ivoire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires