Sign in
Download Opera News App

 

 

La proliferation des établissements privés, l'un des facteurs de décadence de l'école ivoirienne

Depuis l'époque post coloniale jusqu'au milieu des années 90, un élève n'avait pas droit à l'erreur, un rendement scolaire en deçà de la moyenne te coûtera une exclusion. L'élève avait ce sentiment de peur d'être exclu du banc puisque aucune possibilité ne lui sera donnée de refaire la même classe ou être à l'école de nouveau. À l'époque les collèges privés ou établissements privés n'avaient pas encore vu le jour, l'élève redoublait beaucoup d'efforts pour obtenir un bon résultat scolaire et faire la fierté de ses parents.

Cependant avec l'avènement des écoles privées, la possibilité s'offre à des élèves exclus de reprendre le chemin de l'école. Étant donné qu'il y a possibilité, la peur et l'ardeur qu'avait l'élève d'autrefois disparaissent progressivement, l'élève des temps modernes n'a plus cette abnégation puisque c'est l'argent qui compte. Pire nous constatons des écoles boutiques qui sont à des moindres prix facilitant le paiement des frais de scolarité. Dans ces conditions, l'élève des temps modernes ne se sentant plus menacé d'être exclu définitivement de l'école ne fournit aucun effort pour avoir un rendement scolaire optimal. Il s'adonne plus à la paresse et à la complaisance. Certains élèves lorsqu'ils étaient exclu d'une classe, s'inscrivaient à la prochaine rentrée scolaire à la classe suivante.

Retenons que la multiplication des établissements privés ont encouragé la paresse, la complaisance à l'endroit de nos élèves.

Content created and supplied by: Moustbill (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires