Sign in
Download Opera News App

 

 

États généraux de l'école: trouver les solutions aux problèmes et non une tribune de revendications

Ce lundi 19 juillet s'ouvre à l'hôtel Sofitel d'Abidjan le rendez-vous tant souhaité par les acteurs du secteur éducation formation en Côte d'Ivoire. Il s'agit en effet du lancement des états généraux de l'école ivoirienne comme l'avait annoncé la ministre de l'éducation nationale et de l'alphabétisation ; Mariatou Koné dès sa prise de fonction.Ça sera sans doute l'occasion pour les acteurs de passer au peigne fin tous les problèmes qui minent l'école ivoirienne depuis maintenant trois décennies. L'école ivoirienne faut-il encore le rappeler traverse une crise profonde. Les problèmes sont multiformes, allant du manque d'infrastructures aux approches pédagogiques, en passant par le recrutement et la formation des enseignants sans oublier le nerf de la guerre à savoir : l'argent.

Il faut dire que ces dernières années les perturbations dans ce secteur étaient dûes en grande partie par les revendications pécuniaires avec l'épineuse question de la revalorisation de l'indemnité de logement des enseignants. L'année scolaire 2018-2019 fut marquée par une longue grève des syndicats notamment la COSEFCI qui a failli se soldée par une année invalidée.

À ce jour les revendications des syndicats se trouvent dans les tiroirs de la primature sans qu'aucune solution n'ai été trouvé pour contenter les enseignants. Alors ces états généraux qui s'ouvrent demain quoiqu'ils ne doivent pas occulter la plateforme revendicative des syndicats, ne doivent pas servir de tribune aux uns et autres juste pour égrainer le chapelet des revendications corporatrices. Il faut bien que ces assises soient l'occasion qui permette aux acteurs de proposer des solutions en vue de réformer le système éducatif ivoirien.

Content created and supplied by: Olivierakaffou (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires