Sign in
Download Opera News App

 

 

Mariatou Koné devrait-elle suivre l'exemple de Anne Ouloto ?

Mariatou Koné devrait-elle suivre l'exemple de Anne Ouloto ?

Par Astafe

Madame Anne Ouloto est l'actuelle ministre de la fonction publique de notre pays. À ce titre, elle a présenté ce weekend ses réformes prioritaires pour l'année 2022. Entre autres réformes, elle a évoqué le reversement immédiat du premier mandatement de la pension de retraite. Une action louable qui viendra donner une bouffée d'air aux fonctionnaires admis à faire valoir leur droit à la retraite. Une initiative qui vient compléter la liste très courte des actions concrètes de ce ministère depuis l'arrivée de Madame Anne Ouloto. Sur cette liste figure bien sûr la transparence dans les coucours d'entrée à la fonction publique qui se fait ressentir un peu plus maintenant. Madame Anne Ouloto avance pas à pas dans un ministère où il y a beaucoup à faire.

Cette stratégie la rend très efficace contrairement à ce qui se passe au ministère de l'éducation nationale où on avance de mesures en mesures sans répercussions concrètes sur le terrain.

On ne le dira jamais assez, l'éducation est l'affaire de tous et pour cela, la résolution des problèmes relatifs à ce milieu va au-delà de simples idées de bureaucrates ou de technocrates. Et, l'inefficacité des premières mesures prises au sein du ministère de l'éducation nationale est la résultante de l'ignorance délibérée de ce fait évoqué précédemment.

Oui, plusieurs mesures ont été communiquées aux acteurs du système éducatif cette année et_peut-être qu'on dira qu'il est trop tôt pour juger_rien ne semble se profiler à l'horizon. L'école va de plus en plus mal car les problèmes de fond ne sont pas évoqués. On ramène les coefficients là où on attendait une refonte totale des progressions scolaires surtout au niveau du primaire pour renforcer les tranches horaires de la lecture et trouver des techniques adaptées à cette activité en tenant compte des réalités du moment. Là où les parents se bousculent pour débourser des sommes faramineuses pour que les enfants soient dans des écoles de qualité car l'éducation de qualité a un prix, on supprime les cotisations exceptionnelles Coges pour dit-on réduire les charges des parents d'élèves. Soyons réalistes : la formation de qualité exige des moyens sinon pourquoi dans la plupart des pays le budget de l'éducation est l'un des plus élevé ? On ne peut pas, avec la situation économique désastreuse de notre pays, s'amuser à tout rendre gratuit. Déjà cette dernière mesure est en train de perturber le fonctionnement normal des écoles publiques qui jusqu'à présent n'ont pas reçu le moindre centime de la somme promise par le gouvernement aux comités de gestion.

Au vu donc de toutes ces difficultés, pourquoi la ministre Mariatou n'agirait-elle pas comme son homologue de la fonction publique Anne Ouloto en ciblant un ou deux grands problèmes par an et en usant de son leadership pour fédérer les énergies afin de contribuer durablement à leur résolution? Sinon , à l'allure où nous allons, nous risquons de perdre du temps et d'enfoncer encore plus l'école ivoirienne.

Astafe

[email protected]

Content created and supplied by: Astafe (via Opera News )

Anne Ouloto Madame Anne Ouloto Mariatou Koné

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires