Sign in
Download Opera News App

 

 

Impactés du métro : propriétaires et locataires devenus des sans domiciles fixes (SDF)

Les travaux liés à la ligne 1 du métro d'Abidjan ont drastiquement impacté le vécu des populations liées aux sites de deguerpissements depuis la semaine dernière. Comment vivent ces deguerpis actuellement? Quelle couleur reflète leur quotidien? Notre enquête essayera de donner une réponse à ces questions.


Les jours passent et se ressemblent chez les populations deguerpies des sites de la ligne 1 du métro d'Abidjan. Leur quotidien angoissant avec son cortège de précarité, de dépression et de la résignation font d'eux des malheureux à la peinture achevée. Ce lundi 06 septembre nous avons pu faire l'état des lieux.

Les populations d'Abobo et Anyama sont celles qui pour le moment restent très affectées par le joug de ces travaux. Si le projet du métro reste à saluer, cependant le drame social qui l'accompagne en demeure moins. En effet la méthode martiale sinon manu militari en a affecté un décor qui laisse à désirer. En outre le dédommagement et le sursis de trois mois pour le recasement des populations avant la casse n'avait point été respecté aux dires des impactés. Kouamé Koigny Blaise, propriétaire et impacté en témoigne: "Jusqu'à quand serons-nous dédommagés? On nous dit de patienter alors que nous ne savons où dormir où se reloger avant la rentrée scolaire car nos enfants devront aller à l'école et cela comment? À l'heure où je vous parle le prix des loyers a grimpé et aussi trouver une maison en ces temps de casse, relève d'un véritable chemin de croix. En attendant nous n'avons que nos yeux pour pleurer..." Cette réalité est partagée par beaucoup d'impactés. Certains, quelques rares personnes parmis eux ont pu se reloger aisément. Cependant pour la plupart demeureé jusqu'à ce jour sans abris, les jours passent et se ressemblent. Touré Fozié, locataire impacté à Abobo-Sagbé nous confie en ces termes: " Nous avons tous été berné par le protocole d'assistance de ce projet car comment comprendre que les populations impactées avaient été recensées en 2018 par une structure appelée PAR( Programme d'Assistance et de Réinstallation), laquelle structure nous avait rassuré des dédommagements avant les travaux, en 2019 un reçu de dédommagement a été octroyé aux impactés (propriétaires et locataires). Depuis lors un silence radio. Et un beau matin sans préavis de deguerpissement ni de déménagement on vient nous chasser comme des moins que rien. La plupart d'entre nous traverse de moments difficiles car ne sachant où aller certains dorment encore à la belle étoile dans les écoles Bad, d'autres dans les mosquées et églises. Tous sont devenus des SDF ,squattant les domiciles des parents et amis. Déplorable tout ça".

Eu égard à cette situation lamentable, force est d'interpeller les autorités afin que le processus des dédommagements soit diligenté afin que les populations impactées puissent en finir avec cette odyssée de souffrance et de peine.

Content created and supplied by: LincolndeBaltazar (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires