Sign in
Download Opera News App

 

 

Cours de renforcement, fascicules : des parents dénoncent une "privatisation" de l'école publique

Des élèves ivoiriens dans une classe surchargée


Moins d'un mois après la rentrée scolaire 2021-2022, les enseignants des lycées et collèges de Côte d'Ivoire renouent avec les cours de renforcement ou cours de renfo. Ce sont des cours que les enseignants du secondaire donnent à leurs élèves en dehors des heures des emplois du temps. Et les élèves paient ces heures de cours.

Cette année, dans des lycées d'Abidjan, plusieurs parents d'élèves ont déjà été informés par leurs enfants du début des cours de renfo. Et souvent ce sont au moins quatre enseignants par classe qui exigent ces cours. " Ma fille m'a dit hier que ses professeurs de mathématiques et de physique débutent leurs cours de renfo le samedi prochain. Et chaque enseignant demande 5000FCFA par mois soit 10000F CFA le mois payable chaque début du mois. Elle m'a dit que le professeur d'anglais et celui de SVT vont aussi commencer bientôt. Si c'est aussi 5000F par cours je paierai 20.000F par mois", rapporte un parent du lycée Pierre Gadié 2 de Yopougon. " 20.000F par mois pendant 6 mois, cela fera 120.000F toute l'année. C'est comme je payais des cours dans un collège privé. On privatise ainsi indirectement les écoles publiques" poursuit-il. Il révèle que l'an dernier, il n'avait pas inscrit sa fille aux cours de renforcement et elle avait été victime de représailles déguisées. Les enseignants favorisant les élèves qui suivent leurs cours parallèles.

Au lycée municipal Simone Ehivet de Niangon, c'est aussi reparti pour les cours de renforcement. En plus des cours de renforcement, il est aussi question de la vente des fascicules par les enseignants.

" Les cours de renforcement ne sont pas motivés par le gain. Nous avons des classes aux effectifs pléthoriques. Quand tu as 80 à 100 élèves, tu ne peux pas bien suivre tout le monde malgré ta bonne volonté. Les cours de renforcement permettent de mieux suivre les volontaires qui viennent. Ils sont généralement moins de 20. Donc ce n'est pas obligatoire", justifient des enseignants interrogés.

Dan Opéli

Content created and supplied by: Dan_Opeli (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires