Sign in
Download Opera News App

 

 

Agnès Kraidy : « le métier de journaliste est menacé par les propriétaires de smartphones »

La 22ème édition des Ebony organisée par l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI), à Yamoussoukro du 22 au 24 janvier 2021, a été l’occasion pour les acteurs de la Presse de réfléchir sur le métier de journaliste dans le contexte de crises à répétition que connait la Côte d’Ivoire et surtout à l’ère du numérique.

« Quel journalisme pour une Côte d’Ivoire rassemblée ? », c’est le thème du panel animé, l’après-midi du vendredi 22 janvier 2021, par Samba Koné (président de l’Autorité nationale de la Presse - ANP), Agnès Kraidy (journaliste-écrivaine), André Silver Konan (journaliste) et Prof. Armand Koffi (Enseignant à l’Unité de formation et de recherches (UFR) Information, Communication et Arts (UFRICA) de l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan-Cocody.

Première intervenante de ce panel, la journaliste Agnès Kraidy a rappelé les fondamentaux du journalisme notamment la vérification des faits et le respect de l’éthique et la déontologie. Des principes qui, selon elle, démarquent le journaliste du simple internaute à l’ère des réseaux sociaux où tout le monde s’érige en journaliste. « Le métier de journaliste est menacé par tous les propriétaires de smartphones », a-t-elle commenté  pour caricaturer cet état de fait. Le journaliste, en tant qu’acteur social, a-t-elle insisté, doit assurer son rôle en toute responsabilité et avec autorité afin de contribuer à la cohésion sociale.

André Silver Konan, pour sa part, abordant  le sous-thème « le journalisme à l’épreuve des réseaux sociaux » a relevé que le journaliste doit se surpasser pour donner une plus-value à l’information tout en se servant de ceux-ci  pour éveiller les consciences et promouvoir son média à travers le partage des liens de redirection.

A suite, le président de l’ANP, Samba Koné a montré comment les entreprises de presse bien gérées peuvent permettre à la presse d’être plus responsable. Quant au Prof Koffi de l’UFRICA, il a mis en évidence la corrélation entre le journalisme, le militantisme et la cohésion nationale. Pour lui, le journaliste devrait se tenir à équidistance des partis politiques afin de mieux faire son travail. Ce qui n’est toujours pas le cas en Côte d’Ivoire ou la presse adhère et contribue à la lutte politique, soit pour la conquête du pouvoir ou pour sa conservation.

Plusieurs journalistes et personnalités du monde des médias présents de la salle de conférence de l’Hôtel Président ont enrichi le débat avec les panélistes à travers des questions et des contributions. Au nombre de ceux-ci, il y a le Ministre-Gouverneur du District de Yamoussoukro, Augustin Thiam qui a confié à l’auditoire comment il s’est fait « tirer les oreilles » par son grand-père, le président Houphouët-Boigny lorsqu’il était journaliste à Jeune Afrique et avait écrit un article intitulé « les 3 tentations d’ Houphouët-Boigny ».

Un panel fort enrichissant de par la qualité des interventions que des participants. Jean Claude Coulibaly, président de l’UNJCI n’a pas manqué de le souligner car, a-t-il précisé en ouverture des débats, c’est l’une des innovations majeures de cette édition des Ebony qui se tient cette année sur 3 jours contrairement aux éditions antérieures  qui se tenaient en une soirée et qui ne permettaient pas de réfléchir en profondeur sur les thèmes choisis.

Les meilleurs journalistes de l’année 2020 seront connus ce samedi 23 janvier 2021 au cours du Diner-Gala. Un cross populaire et le village Ebony sont au nombre des innovations de cette 22ème édition des Ebony qui se tiennent dans la capitale politique de la Côte d’Ivoire.

Sébastien A.

Content created and supplied by: Tembo.Opera (via Opera News )

Agnès Kraidy André Silver Konan Côte d'Ivoire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires