Sign in
Download Opera News App

 

 

Education nationale : un village d’Oumé risque de perdre la construction d’un collège de proximité

Si l’on y prend garde, Gabia, localité villageoise de la sous-préfecture d’Oumé va perdre la construction d’un collège de proximité. De quoi s’agit-il ? En effet, dans le cadre du projet gouvernemental de construction de collèges de proximité, un projet pour le village de Gabia a été validé. Comme c’est de coutume le ministère a approché le chef dudit village afin de trouver un terrain pour le projet. Alors que le projet devrait avoir commencé depuis juillet 2020, les travaux sont bloqués. Car il a surgi entretemps « une opposition à l’occupation illicite de parcelle » d’un groupe de personnes se réclamant propriétaires terriens.

Dans un courrier, en date du 16 février 2021,  au directeur de l’éducation nationale et de la formation professionnelle, les plaignants expliquent : « nous venons respectueusement par la présente vous exposer les faits suivants : en raison de l’urbanisation du village de Gabia, nous avons procédé au lotissement de nos parcelles dans un passé récent ; des plantations de cacaoyers et de caféiers y étaient exploités. Monsieur Dago N’Guessan Antoine et son notable Koffi Bi Tonin François, alors qu’ils ne sont pas propriétaires et encore moins n’ont jamais fait des démarches pour requérir notre consentement, ont pris sur eux la décision d’attribuer ces parcelles à la société ARMADA TCD en vue d’y construire un établissement scolaire pour le compte d’un groupement d’intérêt économique alors qu’un terrain leur avait été octroyé. Sur cet espace, la première pierre a été posée. À l’insu des propriétaires terriens que nous sommes, Monsieur Dago N’Guessan Antoine et Monsieur Koffi Bi Tonin ont fait établir une attestation de cession en faisant écrire sur ce document nos noms et prénoms avec des erreurs, indiquant que nous sommes propriétaires terriens ». Face au blocage qui perdure, selon nos informations, le projet pourrait être purement et simplement retiré à ce village.

Ce serait vraiment dommage, car pour ceux qui connaissent Gabia la construction de ce collège est vital pour les parents d’élèves dont les enfants sont obligés de poursuivre leur cycle secondaire soit à Oumé, soit à Hiré ou même à Divo avec les aléas de retrouver un tuteur, une vraie galère avec les crises politiques à répétition qui ont cannibalisé le portefeuille des Ivoiriens. Vivement que les cadres du village s’y mettent pour éviter que ce projet n’aille ailleurs.

Tché Bi Tché

[email protected]

Content created and supplied by: NISSIANAELLE (via Opera News )

Gabia Oumé

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires