Sign in
Download Opera News App

 

 

Mauvais résultats scolaires: le journaliste Wakili Alafé défend Kandia Camara

Une partie de l’opinion nationale a souvent tendance à voir, ou à présenter la ministre Kandia Camara, ministre de l’Education nationale durant une décennie, comme le visage de l’échec de l’école ivoirienne. Opposé à cette manière de clouer au pilori l’actuel ministre d'État, ministre des Affaires étrangères et de l’Intégration africaine, le journaliste Wakili Alafé s’est fendu d’une contribution.

Dans cette contribution intitulée « Des États généraux ou États généreux » publié sur une plateforme de journalistes, le Directeur Général de l’Intelligent d’Abidjan fait remarquer qu’à l’instar de l’école, les autres secteurs du pays n’ont pas connu une émergence, permettant de dire que seule Kandia Camara , ou l'éducation nationale seule a échoué.

« (…) Soit ! Kandia Camara a échoué ! Il n'y a pas eu émergence à l'école ! Mais y-a-t-il eu émergence en matière de solidarité, en matière de cohésion sociale, en matière de vie dans les familles, au niveau de la vie et de la condition des enfants de Côte d'Ivoire ? Pour être juste, ne doit-on pas faire des États généraux de tous les secteurs, à condition que cela n'ait pas un caractère souverain , c'est à dire un caractère exécutoire sans passer par le moule du parlement et de l'exécutif ? », questionne-t-il.


Selon Wakili Alafé, le peuple de Côte d’Ivoire n'a pas élu Kandia. Le peuple de Côte d’Ivoire a élu Alassane Ouattara. Il s'étonne donc que l'on laisse croire que ce Président élu au suffrage universel ait donc pu confier durant dix ans l'école ivoirienne à une incompétente, qui ne devait pas être là où elle a été !

« C'est bien cela le problème, ou la conséquence des postures visant à disqualifier Kandia Camara. On veut bien que la ministre Mariatou Koné réussisse, mais le droit d'inventaire partial, partiel, partisan laissant entendre que tout va bien ailleurs, sauf à l'éducation, le refus des États généraux pour l'ensemble des secteurs, dérange et pose problème», insiste le journaliste Wakili Alafé.

Puis de poursuivre : « Alors qu'il y'a tant et autant à dire et à faire au niveau des hôpitaux et des soins , alors que les Ivoiriens se plaignent tant et autant de la vie chère sans espérer avoir des États généraux du commerce, du vivrier et de la vie chère, alors que la corruption et l'enrichissement illicite font ravage et méritent tout autant des États généraux, alors que la question des accidents et du permis de conduire mérite bien des États généraux, alors que les questions de la justice et du foncier urbain et rural sont des urgences, ce fait de ne faire des États généraux pour l'éducation nationale seule, pour un seul ministère fait croire à une simple opération de communication, à ce que j'ai appelé une fois le ONE WOMAN SHOW ».

Pour le Directeur général de L’Intelligent d’Abidjan, « la ministre Mariatou Koné vaut plus que cela et mérite mieux que cela ! Les mots ne sont pas innocents. Elle a fait ses humanités ! Elle est professeur d'Université ! Elle connaît l'histoire des États généraux en France ! Enfin, elle sait dans quels contextes les trois États généraux de l'éducation ont eu lieu, dans notre pays par le passé».

Content created and supplied by: Pierre_Ephèse (via Opera News )

Kandia Camara Wakili Alafé

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires