Sign in
Download Opera News App

 

 

Education nationale : les grosses inquiétudes du député Assalé Tiémoko et ses tentatives de solutions

Le député de Tiassalé Assalé Tiemoko a évoqué dans une tribune publiée sur sa page facebook ce jeudi 08 juillet 2021, un dysfonctionnement au sein de l'éducation nationale relatif à la disponibilité des enseignants selon les besoins, et à un mode de paiement inadéquat de plusieurs d'entre eux qui met en mal l'éducation nationale.

Justifiant l'important budget du ministère de l'éducation nationale par le nombre important des fonctionnaires qu'il emploie, Assalé Tiemoko, par ailleurs journaliste d'investigation a relevé un problème selon lequel plusieurs milliards sur ce budget, sont utilisés pour payer des enseignants qui écument les ministères mais qui n'enseignent plus. En clair, ceux-ci appelés et nommés par '' un nouveau ministre '' a des postes dans l'administration, n'enseignent plus mais continuent a être payés sur le budget du ministère de l'éducation nationale, avec tous les avantages attachés à ce statut. << Ils ne sont pas payés sur les budgets des ministères dans lesquels ils sont. Ayant gardé tous les avantages liés au décrochage et à leur statut, ils sont parfois bien mieux payés que les fonctionnaires du même grade qu'eux, dans les ministères où ils sont détachés >> a-t-il commenté, laissant clairement entendre que cette situation constitue l'un des graves problèmes du système éducatif ivoirien et l'une des causes de la pénurie d'enseignants. Pour donner du crédit à ses assertions, le journaliste d'investigation va faire savoir: << selon les informations à ma disposition, de régime à régime, ils seraient aujourd'hui, autour de 20 mille, les enseignants qui n'enseignent plus, qui sont dans d'autres services et qui, cependant continuent à être payés sur le budget du ministère de l'éducation nationale >>

Si dans des ministères comme celui de l'environnement ou de l'intérieur pour ne citer que ces deux, les enseignants qui n'enseignent plus sont partout mais payés par un autre ministère, il va s'en dire que nous faisons face à un véritable gaspillage des ressources publiques vu que chaque année, il faut combler le vide créé par ces départs avec des recrutements de plus en plus massifs alors que les moyens pour une meilleure formation baissent.

Eu égard la loi de 2003 sur les transferts des compétences aux collectivités, qui met à la charge des élus locaux, la gestion des écoles primaires et des écoles secondaires, le député Assalé Tiemoko par ailleurs journaliste d'investigation voit une solution parmi tant d'autres : la décentralisation. Pour lui, L'État doit recruter les enseignants, les former et les mettre à la disposition, suivant les besoins exprimés , des maires et des présidents de conseils régionaux. Ceux-ci seront payés directement sur le budget des collectivités ainsi que l'État l'aura pris en compte, comme c'est le cas pour les agents fonctionnaires mis à la disposition des collectivités.

De ce qui ressort de la tribune du journaliste d'investigation, on ne peut pas tout gérer depuis Abidjan, ça ne peut plus marcher, la population augmente d'années en années, il faut donc en tenir compte et donner des réponses appropriées.


Bema Aboubacar...

Content created and supplied by: BemaAboubacarCoulibaly (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires