Sign in
Download Opera News App

 

 

Examens à grand tirage : voici comment se fait le choix des épreuves

Comme d'habitude, l'année scolaire se termine toujours par les examens de fin d'année depuis le CEPE au BTS en passant par le BEPC et le BAC. Les trois premiers c'est-à-dire le CEPE, le BEPC et le BAC viennent de se terminer avec la correction du BAC qui prend fin aujourd'hui suivi de la délibération la semaine prochaine. En attendant leurs sorts le 27 juillet 2021 à 14h00, tous les candidats sont dans la crainte quant à leurs sorts final. Mais avant ces résultats (Baccalauréat), nous nous proposons de vous expliquer comment se fait le choix des épreuves des différents examens en Côte d'Ivoire. Car il faut le dire, les examens scolaires 2020-2021 ont été fort critiqué surtout celui du BEPC où nous avons assisté à plusieurs erreurs dans les épreuves écrites des disciplines de physique-chimie, mathématiques et Histoire-Géographie. En fait, certains sujets proposés aux candidats, n’ont pas été enseignés durant l’année scolaire 2020-2021 et aussi il y avait une erreur au niveau de l'échelle en Histoire-Géographie. Une situation qui a fait penser plus d’un, à un acte de sabotage au niveau de la DECO contre la nouvelle Ministre Mariatou Koné.


En effet, pour son premier << test >> d’organisation des examens à grand tirage, Mariatou Koné, ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, a été confrontée à des irrégularités dans les sujets proposés pour le BEPC. Si rien n’a été signalé pour l’examen du CEPE et du BAC, par contre celui du BEPC a été fortement critiqué du fait que certains exercices de deux disciplines, à savoir physique-chimie et les mathématiques, n’étaient inscrits au programme scolaire annuel. Mais Comment cela a pu être possible pour un examen national, surtout que la nouvelle patronne de l’éducation nationale, de surcroit professeur d’université, a affiché une ferme détermination à faire preuve de rigueur et à lutter contre la tricherie ? Ainsi, voulant avoir le cœur tranquille, nous avons décidé de vous livrer dans cet article comment les sujets des examens sont choisit.

Comment se fait le choix des sujets ?


Le choix des sujets des examens à grand tirage répond à des critères bien huilés. En fait, c'est une chaîne dans laquelle interviennent plusieurs acteurs du système scolaire, et le tout dans la stricte confidentialité.

D'abord, les acteurs en première ligne sont la direction de la pédagogie du ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, ensuite vient la direction des examens et concours dudit ministère et enfin les enseignants. En effet, les deux premières entités c'est-à-dire la direction de la pédagogie du ministère de l’Education et de l’Alphabétisation et la direction des examens et concours (DECO), conformément à un calendrier de travail bien établi, adressent des courriers confidentiels à certains établissements où des enseignants ont été désignés, selon les disciplines qu’ils enseignent. En outre, de manière individuelle, ces enseignants sont invités à proposer des sujets. Mais les conditions et les critères sur lesquels ces enseignants doivent composer les sujets sont contenus dans une enveloppe hermétiquement fermée. De plus, compte tenu du niveau national de l’examen, ces derniers (enseignants qui doivent composer les sujets) sont tenus de signer une déclaration de confidentialité. Par cette signature, ils prennent l’engagement de ne pas proposer leurs sujets sous forme d’exercice ou de devoir à traiter en classe. Ils prennent également l’engagement de ne pas les divulguer.


Ainsi, une fois la composition des sujets est terminée, ils (les sujets) sont réceptionnés par les chefs d’établissement. Quant à ces derniers, ils les acheminent à la direction de la pédagogie du ministère. Cette direction, en lien avec la DECO, se charge d’examiner les sujets proposés par discipline. Et après, c’est une équipe d’experts du ministère de l'éducation qui statue sur les propositions des sujets. Plusieurs sujets sont disponibles par discipline, aussi bien pour le Bac que pour le BEPC. Dans le lot des sujets proposés, certains, pour diverses raisons que seul l'équipe experts du ministère connaît, sont rejetés, du moins, pour l’année scolaire en cours. Et, par mesure de prudence, trois sujets sont retenus pour chaque discipline. A l’approche des examens, l’un des sujets est retenu. Selon un enseignant qui a requis l’anonymat, c’est cette option qui a été privilégiée pour la session du BEPC de cette année.

Alors, s'il est vrai que c'est cette démarche qui a été suivi et respecté dans les moindres détails, dans ce cas plusieurs questions se posent :

Comment se fait-il qu'il y a eu autant d'erreurs répétées dans les sujets du BEPC ?

Par ailleurs, s'ils est vrai que ceux qui composent les sujets sont invités à ne pas divulguer les sujets qu'ils ont proposé, dans ce cas : Comment justifier les fuites de sujets à la veille des examens ?

Il est clair que, comme on le dit ici en Côte d'Ivoire :<<" il y a anguis sous rôche". >> Dans de telles conditions, il est clair que la nouvelle Ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, le professeur Mariatou Koné, doit redoubler de vigilance pour éviter les erreurs au au prochain examens pour les années à venir au niveau des sujets des examens à grand tirage.

Content created and supplied by: [email protected] (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires