Sign in
Download Opera News App

 

 

Pourquoi les jeunes Ivoiriens tiennent -ils des "Garbadromes", des cordonneries ?

Dans toutes les localités des jeunes Ivoiriens vendent de l'attirké"Garba". Interrogé, Gnakpa Olivier dans la commune de Daloa répond :" Nous constatons que les étrangers exploitent notre richesse. Je suis titulaire d'une licence en SVT à l'université Jean Lorougnon Guedé de Daloa. Je ne sais que faire. Nous avons des diplômes mais nous n'avons pas de travail. Nous sommes une cinquantaine d'Etudiants qui avons le "Garbadrome''. Quant à Mr Jérémy Brovou Yali Bi, il renchérit les raisons avancées par son precedesseur en ces mots:" Il n'y a pas de travail. Nous sommes très soucieux de notre avenir. Je suis titulaire d'un Master 2. Grâce au Garba sur je vends à la gare de Man dans la ville de Daloa, je pourrai continuer mes études.Nos parents n'ont rien", a-t-il confié à la presse. Dans le quartier Gbokora dans la commune de Daloa, un autre Étudiant repare les chaussures. Yassimir Tybili ne dira pas le contraire :" j'economise en moyenne 800 francs par jour. Si je n'ai pas de composition je travaille tous les jours sans gêne. Je ne suis pas cordonnier mais réparateur de chaussures. Les jeunes Ivoiriens n'ont pas de choix. Les étrangers exercent dans le secteur informel et ils y gardent de l'argent, et nous ?,"s'est-il interrogé.

Content created and supplied by: DOUHOJACQUES (via Opera News )

Garbadrome Ivoiriens

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires