Sign in
Download Opera News App

 

 

A mi-parcours, peut-on déjà comparer les résultats de Mariatou Koné à ceux de ses prédécesseurs ?

« La course aux chiffres » tant décriée par les ivoiriens ces dernières années semblent bien loin depuis la prise de fonction de la ministre Mariatou Koné. Venue pour sauver l'école ivoirienne, peut-on d'ores et déjà comparer ses résultats à ceux des années précédentes après les proclamations des résultats du CEPE et du BEPC dont les taux ont considérablement baissé ?


Tout le monde semble unanime pour dire que l'école ivoirienne, après de longues années d'agonie, avait besoin d'un nouveau souffle pour reprendre sa marche en avant. En prenant la tête d'un ministère qui attise toutes les attentions, Mariatou Koné, Ministre de l'Éducation Nationale et de l'Alphabétisation depuis le 06 avril 2021, savait que la tâche qui l'attendait était ardue. Mais la Professeure d'université qu'elle est a vite pris la pleine mesure des choses avec plusieurs réformes et une volonté manifeste de redynamiser l'école ivoirienne. 

Après les examens du CEPE et du BEPC, ses deux premiers tests d'envergures, la nouvelle Ministre attend de voir le bilan que le BAC 2021 réserve aux ivoiriens. Pour l'heure, la « superwoman » de l'école ivoirienne récolte les éloges de toutes parts avec des résultats jugés "crédibles". À titre de comparaison, le « CEPE 2020 révélait un taux national de 95,31% », « 84,48% en 2019 » et « 83,57% en 2018 » contre 52.51% cette année (chiffres officiels du Ministère de l'Éducation Nationale).

Pour ce qui est du BEPC, l'on relève qu’il y a 41, 27% de candidats admis pour la session 2021 contre 53,17% en 2020, 57,31% en 2019 et 60,14% en 2018 (chiffres recueillis sur le site internet www.men-deco.org).


Face aux commentaires positifs qu'elle reçoit pour ses actions et ses réformes, peut-on déjà affirmer qu'elle fait mieux que ses prédécesseurs en si peu de temps même si les chiffres semblent moins flatteurs que les dernières années ? Toujours est-il que pour voir son impact, plusieurs autres facteurs seront pris en compte comme le développement personnel des élèves, la question des effectifs pléthoriques dans les salles de classe et le rendement des enseignants.


© Negrowski

Cliquez sur Suivre pour ne rien rater

Content created and supplied by: Negrowski (via Opera News )

mariatou koné

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires